Yannick Tifu revient au Canada avec le Beast de Brampton

Yannick Tifu revient au Canada avec le Beast de Brampton

Yannick Tifu (à gauche) a été présenté à la presse le jour de la signature de son contrat en même temps qu'un autre bon marqueur

HOCKEY. Terminées la France et l’Europe pour le hockeyeur Brossardois Yannick Tifu.

Celui qui s’alignait pour les Ducs d’Angers dans la Ligue Magnus, en France, poursuivra sa carrière professionnelle avec le Beast de Brampton, nouvelle formation de la Ligue de la Côte Est (East Coast Hockey League, ECHL). Il s’agit de la deuxième filiale du Canadien de Montréal, après les Ice Caps de Saint-Jean, à Terre-Neuve, dans la Ligue américaine de hockey (AHL).

Tifu a signé un contrat d’un an, mais a l’intention de rester avec sa nouvelle formation à long terme. Ses matchs locaux seront présentés au Powerade Center, un stade de 4800 places situé à une heure de route au nord de Toronto.

L’équipe a eu une saison modeste lors de sa première saison dans la Ligue centrale de hockey en 2013-14 avec 33 gains en 66 matchs, pour atteindre le 6e rang avant d’être éliminée au 1er tour des séries.

Cette année, la formation, qui s’aligne maintenant dans la ECHL, aspire à gagner régulièrement. Elle a présenté Tifu à la presse le 29 juillet, en même temps que Chris Auger, un autre habile marqueur, choix de 6e ronde des Blackhawks de Chicago en 2006.

Rappelons qu’à sa saison 2012-13, Tifu a accompli le plus grand exploit de l’histoire des Royals de Reading, dans la ECHL, quand il a guidé son équipe à la Coupe Kelly grâce à une saison de 72 points, dont 27 buts, en 72 matchs, en plus de 25 points, dont 12 buts, en 22 matchs de séries, lui valant le titre de joueur le plus utile et de joueur préféré des fans.

Une décision familiale

«Mon choix en est un autant familial que de carrière, indique Yannick Tifu au Brossard Éclair. Avec les Ducs, ce fut une belle saison de hockey [il a été le meilleur marqueur de l’équipe] mais difficile financièrement [on lui doit encore de l’argent], et j’avais encore le goût de jouer ailleurs en Europe. Mais ça fait 10 ans que ma conjointe Tiffany, avec qui je me suis marié le 1er août, me suit un peu partout à travers le monde et là, son tour était venu! Elle a un emploi stable et bien rémunéré à Perth, en Ontario, chez Hydro One, et comme nous voulons fonder notre famille, cette fois, c’est moi qui a fait un choix en fonction de son travail.»

Le couple a fait la liste des quatre équipes de la ECHL évoluant à une distance raisonnable de Perth, dont l’ancienne équipe de Tifu, Reading. Brampton était cependant le choix le plus logique des quatre.

«J’ai eu des négociations qui n’allaient pas dans la bonne direction pour moi avec Reading, alors que c’était tout le contraire avec le Beast, affilié avec le Canadien, raconte Tifu. J’espère y terminer ma carrière, avant de peut-être devenir entraîneur. Je ne pense pas que la direction générale du Canadien ait eu un mot à dire dans mon embauche. Elle a surtout un certain nombre de joueurs d’avenir à y placer mais je crois que ça s’arrête là. Je suis quand même le 11e joueur de centre du Canadien», dit-il à la blague.

Ami d’enfance de Torrey Mitchell

Le Brossardois se retrouve donc indirectement dans la même organisation que Torrey Mitchell, un ami d’enfance.

«J’ai d’ailleurs parlé à Torrey il y a un mois et il semblait très heureux de sa situation. Nous avons été coéquipiers avec les Mustang de Brossard au bantam BB. Souvent, j’allais dormir chez lui et lui faisait de même chez mes parents. Sans nous voir souvent, nous avons gardé un bon contact», dit-il.

Il ne se fait pas d’illusion d’avancer dans l’organisation du Canadien. «À mon âge, c’est presqu’impensable, mais je vais retrouver plusieurs personnes qui me sont familières, comme par exemple un ami personnel, l’entraîneur des gardiens Vincent Riendeau. Si je fais un pas plus haut, ce sera tant mieux, mais pour le moment, je suis très content de mon sort et je regarde en avant.»

Écrire un commentaire

avatar