Yannick Tifu croit aux chances des Royals de décrocher la Coupe Kelly

HOCKEY. Gagner la 1re ronde des séries en 7 matchs au hockey professionnel a toujours un petit côté dramatique pour les uns et euphoriques pour les autres. Quand en plus, une équipe de 8e place élimine celle de 1re place, l’effet est doublé.

Pour le Brossardois Yannick Tifu et les Royals de Reading de la Ligue de hockey de la Côte Est (ECHL), c’est aussi porteur d’espoir, eux qui ont sorti le Walleye de Toledo des séries le 26 avril. En 2012-13, alors capitaine de l’équipe, Tifu avait aidé les Royals à gagner la Coupe Kelly après 4 éreintantes séries 4 de 7. Il a le rêve légitime de revivre la même chose cette année. Reading est présentement en 2e ronde contre les Nailers de Wheeling, 5e de la Conférence de l’Est.

Joueur apprécié

En 2012-13, le charismatique Tifu, de loin le joueur le plus populaire de l’équipe, avait démocratisé la victoire des siens, apportant le précieux trophée à répétition dans les estrades pour le partager avec les partisans. Son départ pour la France lors de la saison 2014-15 et sa courte escale à Brampton l’automne dernier avaient laissé un vide à Reading. Médias et fans ont vivement salué son retour à la fin d’octobre, même s’ils savaient qu’à 31 ans, il avait ralenti la cadence.

Utilisé autant sur le 1er trio que sur le 3e, Tifu a obtenu 43 points, dont 18 buts, en 61 matchs avec les Royals cette saison. En séries, il a obtenu 1 but et 4 passes, dont 2 passes lors du duel ultime gagné 4 à 1 à Toledo.

«Nous sommes vraiment contents, indiquait Tifu au Brossard Éclair à l’issue de ce match décisif. Battre la meilleure équipe de l’Est est une énorme satisfaction. J’ai trop d’expérience pour être trop exubérant, mais je sais aussi qu’en séries, il faut croire à la victoire finale et j’y crois.»

Différentes facteurs nourrissent ses espoirs. «Trois ou quatre de nos joueurs sont de retour avec nous après leur élimination dans la Ligue américaine. Et ce n’est pas comme si nous bâtissons un club avec des joueurs étrangers; ce sont nos propres joueurs qui reviennent. Avant leur départ, les Royals gagnaient à répétition. Aussi, les équipes #1, #3 et #4 au classement de l’Est sont sorties des séries. C’est une belle opportunité pour passer à travers notre conférence. Finalement, nous avons de bons gardiens et rivalisons habituellement bien avec Wheeling.»

Tifu et sa bande ont perdu le premier match de leur 2e série 4 à 1 à Wheeling vendredi. Les parties 2, 3 et 4 auront lieu à Reading ce soir, demain et samedi.

Trois fois plus de matchs qu’en France

Le retour de Tifu dans la ECHL voulait dire une énorme adaptation entre un calendrier de 26 matchs en Europe, à un rythme d’une ou deux parties par semaine, comparé aux 72 duels de saison régulière des Royals, avec des séquences de trois matchs en trois soirs, souvent sur la route.

«L’entraîneur et moi avons eu à gérer cette situation-là. En plus, rendu à 31 ans, il fallait adapter les choses. Ainsi, je n’ai pas toujours joué sur les premiers trios, et lors des séquences de trois matchs en trois soirs ou deux matchs en 24 heures, j’avais moins de responsabilités. Pour les partisans, ce fut la même chose. Ils sont compréhensifs avec moi, sachant que je ne peux plus obtenir 2 à 4 points par match comme il y a trois ans.»

Commenter cet article

avatar