Victoria Woo réussit son retour à l’International Gymnix

Victoria Woo réussit son retour à l’International Gymnix

Victoria et Rose Woo

Crédit photo : Gracieusté - Roger Lauzon

L’International Gymnix, c’est une histoire d’amour pour les sœurs Victoria et Rose Woo. Pour cette édition de 2018, les deux gymnastes sont non seulement réunies sur un même plateau de compétitions, mais se sont placées parmi les meilleures concurrentes, vendredi soir, au concours complet et aux qualifications des finales par engin.

«C’est toujours spécial de compétitionner ensemble. Nous nous encourageons, nous nous soutenons. C’est ma meilleure coéquipière», a raconté Rose Woo à propos de sa grande sœur et elle.

«J’ai toujours aimé l’International. C’est intéressant et encourageant de pouvoir participer à une compétition de ce niveau à Montréal, sans devoir voyager à l’étranger», a renchéri Victoria Woo.

Victoria a pris provisoirement le deuxième rang du concours complet derrière la Manitobaine Isabela Onyshko au terme de la première rotation du Challenge Gymnix.

«Ça faisait deux ans que je n’avais pas participé à l’International Gymnix», a rappelé Victoria Woo, qui avait dû faire l’impasse sur l’édition 2017 après avoir été victime d’une commotion cérébrale et subi une opération à la cheville gauche. «Étonnamment, le corps va bien ! Je fais beaucoup plus de conditionnement physique et je crois que ça aide.»

Non seulement Victoria est de retour à la compétition cette année, mais avec de nouvelles routines. «J’ai rajouté beaucoup de nouveauté si je me compare à 2016 et j’ai un plus haut niveau de difficulté.»

La gymnaste de 20 ans a d’ailleurs réalisé une nouvelle première ligne dans sa routine au sol. «J’ai fait un nouveau mouvement. Je l’avais déjà fait à Élite Canada, mais j’avais peur de le faire sans tapis. Ça m’a rassurée de l’avoir fait aujourd’hui», a mentionné celle qui occupe pour l’instant le deuxième rang au sol et à la poutre, le quatrième aux barres asymétriques et le huitième au saut. «J’étais plus fière de mes barres, de mon sol et ma poutre. Ce n’était pas mon meilleur saut au cheval, mais c’est quand même correct.»

Rose a pour sa part obtenu la meilleure note de la soirée à la poutre, mais c’est surtout sa présence au saut, où elle a pris le quatrième rang, qui la réjouit le plus.

«Je venais à l’International Gymnix pour refaire ma double vrille au saut et je l’ai faite. Ça n’a pas été facile, mais je suis vraiment contente d’avoir brisé la glace», a mentionné celle qui avait remisé cette manœuvre depuis 2015.

Son corps a changé et elle a dû traiter sa blessure au dos, mais maintenant que tout est derrière elle, l’athlète de 18 ans voit sa réussite comme une montée de confiance. «J’ai travaillé vraiment fort pour la ravoir et ça me donne confiance. Je sais que je serai capable de bien la refaire.»

À surveiller samedi
L’International Gymnix, dont la porte-parole est la comédienne Sophie Nélisse, se poursuivra jusqu’à dimanche au Complexe sportif Claude-Robillard à Montréal.

Samedi, le concours individuel et les qualifications pour les finales par engin se poursuivront dans le cadre du Challenge Gymnix. Au terme des trois rotations, les médaillées du concours complet seront connues de même que les finalistes aux engins. Douze places pour chaque appareil sont disponibles en vue des finales de dimanche.

Dès 18h30, les meilleures athlètes juniors se feront compétition pour la Coupe internationale junior. Le concours par équipe, le concours individuel et les qualifications pour les finales par engin seront au programme.

Rens.: http://www.internationalgymnix.ca

(Source: Gymnastique Québec)

Écrire un commentaire

avatar