Une soirée folk et intime au Club

MUSIQUE. Le spectacle que présentera Alexandre Poulin au Club le 12 novembre sera bien plus qu’une simple série de chansons. L’auteur-compositeur-interprète prend autant, sinon plus de temps à élaborer une narration pour son spectacle que pour écrire un album entier.

En tournée depuis les deux dernières années, le spectacle que présentera le chanteur roule au quart de tour. Après 150 représentations, la tournée Le mouvement des marées se terminera le 19 décembre.

Sa musique, Alexandre Poulin la qualifie de folk, mettant le texte de l’avant. Il la présente sur scène accompagné du multi-instrumentiste Mathieu Perreault.

Alexandre et la francophonie

Le trajet Montréal-Paris, l’artiste le connait par cœur. Au cours des cinq dernières années, il a trimbalé sa musique près de 30 fois chez nos cousins français, en plus de visiter la Belgique et la Suisse.

«C’est un privilège de voyager autant pour un métier qui nous passionne. Mais même si le public répond présent sur le vieux continent, j’ai encore beaucoup de chemin à faire. On est loin de me reconnaître dans la rue», remarque le chanteur originaire de Sherbrooke.

Une berceuse pour sa fille

Alexandre Poulin est l’un des quinze artistes qui composent le nouvel album Berce-moi, aux côtés des Dominique Michel, Annie Villeneuve et Stéphane Archambault.

«On m’a approché en me demandant quelles étaient les berceuses que je chante à ma fille et c’est pourquoi j’ai accepté de participer au projet. Le but est de présenter de la musique entendue dans des chambres d’enfants.»

Le chanteur remarque que souvent, les parents choisissent les mêmes berceuses que celles que leur mère interprétait. «Ma mère chantait de nouvelles chansons chaque soir, qu’elle composait sur le moment. Alors c’était impossible pour moi d’avoir un best off. Je chante aussi mes propres compositions à ma fille. Quand je sors de sa chambre, j’essaie de garder quelques lignes que j’aime, ce qui m’a permis de composer une berceuse.»

C’est donc une de ses compositions, La course des étoiles, qui se retrouve sur Berce-moi.

L’auteur confie que pour lui, une berceuse est beaucoup plus intime qu’une chanson d’amour. «Normalement, ça devrait rester à la maison, mais pour ce genre de projet, c’est correct que la chanson sorte de la chambre de ma fille.»

Commenter cet article

avatar