Une médaille de bronze inattendue pour Victoria Woo

Une médaille de bronze inattendue pour Victoria Woo

Les soeurs Victoria-Kayen et Rose-Kaying Woo seront toutes deux dans la lutte pour participer aux Jeux olympiques de Rio en 2016.

JEUX PANAMÉRICAINS. La gymnaste brossardoise Victoria Woo s’est surprise elle-même en remportant la médaille de bronze à la poutre mercredi, aux Jeux panaméricains. Cette récompense était inespérée pour l’athlète qui se réjouissait déjà de la médaille d’argent qu’elle avait remportée avec la formation canadienne au concours par équipe dimanche.

«J’étais déjà surprise de me qualifier pour la finale à la poutre, car cet appareil est un peu ma bête noire, a indiqué l’athlète du club Gym-Richelieu. À la base d’être-là c’était un beau cadeau, alors de gagner une médaille c’était vraiment la meilleure récompense!»

La Brossardoise de 17 ans a été la première concurrente à s’exécuter et a obtenu une note de 13,650. Avant de connaître son classement, elle devait attendre après les routines des sept autres gymnastes de la finale.

«Je n’étais pas stressée, parce que je ne pensais même pas à une possibilité de monter sur le podium. Un moment donné, j’ai réalisé que la compétition avançait et que je demeurais au deuxième rang et après au troisième rang. Je savais qu’il restait seulement de bonnes gymnastes à la poutre donc je me disais que j’allais peut-être être sixième et j’étais quand même fière de moi. Mais là, la dernière gymnaste est arrivée et j’étais toujours troisième. J’ai vu que c’était une Américaine, alors je me suis dit que j’allais finalement être quatrième, mais quand elle est tombée pour la deuxième fois nous avons su que ça y était pour moi», a raconté Woo.

À ce moment, les entraineurs présents ont sauté dans les bras de la Québécoise. «J’étais vraiment contente. J’étais même un petit peu émotive à la fin quand nous avons su que je gagnais une médaille. Oui, il y a eu des larmes», a confié la gymnaste.

L’autre Canadienne en lice, Ellie Black (15,050 points), a présenté une routine qui a impressionné les juges et a dominé la compétition avec exactement un point de plus que sa plus proche rivale, l’Américaine Megan Skaggs (14,050 points).

Au-delà de la médaille, Woo était vraiment satisfaite de la manière dont elle a présentée son enchaînement.

«Ma routine s’est bien passée. J’ai seulement eu un petit déséquilibre durant le double tour, mais le reste était très bien. Je suis contente d’être restée calme. J’étais vraiment nerveuse avant d’embarquer sur la poutre. Même hier soir, j’y pensais et je commençais un petit peu à douter de moi. Finalement, mon entraineur m’a appelé et il m’a redonné confiance. Je suis donc vraiment fière d’avoir travaillé mon caractère et d’avoir réussi à bien faire aujourd’hui.»

Grâce à sa collaboration avec l’entraîneuse Marie-Josée Laperrière, Woo a pris confiance sur l’engin qu’elle a toujours trouvé plus difficile que les autres et c’est ce qui a fait la différence selon elle. «Je pense qu’elle m’a bien préparée avant de partir. J’ai vraiment su me concentrer sur un mouvement à la fois. Avant, j’avais tendance à y aller trop vite dans ma routine et la performance était moins bonne parce que je ne respirais pas.»

Questionnée sur son exploit, Woo n’était toujours pas convaincue d’avoir apprivoisé l’appareil. «Je pense que ça va rester ma bête noire quand même», a-t-elle affirmé en riant.

Une expérience mémorable

Celle qui n’avait aucune attente aux Jeux panaméricains a vécu des moments qu’elle n’oubliera pas de si tôt.  «J’ai adoré mon expérience. En fait, je pense que je n’ai jamais eu une aussi belle expérience en compétition. La foule était avec nous et nous supportait du début jusqu’à la fin. Nous avions beaucoup d’encouragements et c’était génial.»

Ses coéquipières québécoises ont même accompagné sa famille dimanche au Colisée Ricoh de Toronto pour venir l’encourager durant la compétition par équipe.

Maintenant ce tourbillon d’émotions terminé, Woo aura droit a un moment de répit. «Je pars en vacances vendredi, parce que ça fait vraiment beaucoup de compétitions de suite que je fais, et après je retourne à l’entraînement pour la préparation des sélections pour les Championnats du monde qui auront lieu en septembre et peut-être pour les Championnats du monde en octobre», a-t-elle dit.

«Mes deux médailles me donnent de la confiance c’est sûr, mais je dois continuer à travailler fort et pas seulement me dire qu’elles vont m’assurer une place aux Championnats du monde. Il faut que je continue de me donner à fond.»

(Source: Gymnastique Québec)

Commenter cet article

avatar