Une 5e place mi-figue mi-raisin pour le judoka Sergio Pessoa

Une 5e place mi-figue mi-raisin pour le judoka Sergio Pessoa

Sergio Pessoa n'a pas gagné la médaille escomptée aux Jeux panaméricains

Sergio Pessoa Jr a le talent, le bagage et l’expérience pour viser les sommets à n’importe quelle compétition de judo au monde, mais encore faut-il que la chance et la santé soient au rendez-vous. Ce n’était malheureusement pas le cas aux Jeux panaméricains de Toronto samedi, alors que le Brossardois de 26 ans s’est contenté d’une 5e place dans la catégorie des moins de 60 kg.

Il a laissé son adversaire cubain Yandry Torres Marimone revenir de l’arrière et remporter le duel pour la médaille de bronze. Le Brésilien d’origine avait d’abord gagné son combat d’ouverture par ippon sur un Dominicain, avant de perdre son second contre un Péruvien. Au repêchage vers la médaille de bronze, il a battu un Vénézuélien par waza-ari, avant sa défaite finale contre Torres Marimone.

Deux opérations

Pessoa espérait mieux, mais quand on pense qu’il en était à sa première compétition depuis deux ans, à la suite de ses 2e et 3e interventions chirurgicales au même genou, et que la compétition de Toronto n’avait aucune influence sur son objectif de se classer pour les Jeux olympiques de Rio en 2016, on peut relativiser les choses.

Pessoa vit pour le judo. Sur les traces de son père Sergio Sr, il a surmonté une première opération majeure au genou un an avant les Olympiques de Londres pour s’y classer.

Parmi les meilleurs combattants au monde dans les mois ayant précédé les Jeux, il s’était présenté à Londres avec de grands espoirs, mais dès le lendemain de la cérémonie d’ouverture, il avait été défait à son premier combat, un affrontement partagé et crève-cœur.

Un retour après deux ans

Sa 5e place à Toronto le déçoit, mais il savait que son avenir ne s’y jouait pas.

«Ça faisait 22 ou 23 mois que je n’avais pas fait de compétition quand j’ai reçu un appel pour aller aux Jeux panaméricains. J’ai dit oui tout de suite, car c’était une occasion extraordinaire de me battre devant notre foule. Il y avait une bonne ambiance, et même si je n’ai pu monter sur le podium, je garde le moral», a-t-il déclaré après sa journée de compétition.

Interviewé par le Brossard Éclair à la veille de son départ pour Toronto, Pessoa avait mentionné qu’il n’était pas à 100% de sa forme. «Après une opération peu après les Jeux de Londres, je n’étais pas assez à l’aise et j’ai décidé de me faire opérer à nouveau. Cette fois, ma jambe a bien réagi, mais je n’ai recommencé l’entraînement qu’il y a un mois. J’aurai besoin d’encore deux à quatre semaines pour être vraiment prêt.»

Sergio repart donc maintenant à neuf. «Pour les Olympiques, nous avons deux ans pour accumuler le plus de points possibles pour nous classer parmi les 22 meilleurs mondiaux de notre catégorie. Comme j’ai raté toute la 1e année pendant ma convalescence, je suis donc à zéro. Je vais multiplier les compétitions sur la scène internationale pour me classer aux Jeux de Rio, dans mon pays d’origine. J’ai déjà un calendrier établi qui sera adapté selon mes résultats et mon classement mondial. J’ai une première compétition à Taiwan en juillet, suivie des Championnats du monde en août au Kazakhstan. Après, selon mes résultats, j’irai partout dans le monde pour arriver à mon objectif. Je serai très actif», jure celui qui espère même participer aux Jeux de 2020.

Un beau prix de consolation

Sergio, directeur technique du Club de judo Olympique à Saint-Hubert, a vu une de ses protégées, Ecaterina Guica, ex-résidente de Brossard maintenant installée à La Prairie, gagner une médaille d’argent chez les moins de 52 kg à Toronto, le même jour qu’il finissait 5e. Voilà une belle compensation pour un athlète aussi dédié au judo!

Écrire un commentaire

avatar