Un vernissage réussi à l’école Sainte-Claire

Un vernissage réussi à l’école Sainte-Claire

Plus de 300 œuvres d'élèves ont été exposées dans le gymnase de l'école Sainte-Claire

EXPOSITION. Touché par le cancer en raison du décès de leur collègue en début d’année, un groupe d’enseignants de l’école Sainte-Claire ont pris l’initiative d’amasser des fonds pour la recherche sur le cancer en organisant l’exposition Aux quatre coins de la terre, le français on en est fier, le 14 mai, dans le gymnase de l’école.

L’exposition était une première expérience et s’inscrivait comme une deuxième activité de financement, en plus de la participation d’enseignants au Relais pour la vie, qui avait lieu le 30 mai.

Près de 300$ ont été amassés lors d’un encan silencieux, où un œuvre d’un ancien élève de l’école Sainte-Claire et parrain d’honneur de l’événement, l’artiste peintre Labastre, a été adjugée pour 160$. La moitié des profits étaient versés à l’artiste et le reste servira à financer l’équipe de l’école qui participe au Relais pour la vie.

Entre 150 et 200 visiteurs ont pu admirer les œuvres d’enfants et certains ont volontairement contribué au financement.

Plus de 300 œuvres d’élèves de l’école primaire Sainte-Claire, de l’école secondaire Antoine Brossard et de l’école internationale Lucille Teasdale ont été présentées.

Les élèves de Sainte-Claire ont été les premiers à être éblouis par l’exposition. «Ils ont tellement trouvé ça beau. Ils ont été impressionnés par la vue d’ensemble. Ils entraient dans le gymnase et leurs yeux étaient comme des billes», explique l’organisatrice de l’événement, l’enseignante de 2e année Marie-Claude Preseault.

Plusieurs parents voulaient miser sur les œuvres des enfants qui étaient exposées, qui n’étaient pas à vendre. «Nous avons été pris au dépourvu, mais nous allons considérer la chose pour les prochaines éditions. Nous pensons peut-être créer un salon de l’artisanat ou d’entrepreneuriat», indique l’organisatrice.

Mme Preseault croit que l’événement pourrait revenir dans deux ans. «C’est beaucoup d’organisation et nous aimerions travailler notre thème. Nous avons été conquis par la présence des gens et la fierté des enfants, ce qui nous donne envie de faire autre chose.»

Commenter cet article

avatar