Un prédateur sexuel pourrait être déclaré délinquant à contrôler

Un prédateur sexuel pourrait être déclaré délinquant à contrôler

Éduard-Stefan Georgescu pourrait être déclaré délinquant à contrôler après avoir agressé une dizaine de femmes près du terminus Panama

JUSTICE. Eduard-Stefan Georgescu, ce prédateur sexuel qui a avoué avoir agressé une dizaine de femmes et d’adolescentes près du terminus Panama, pourrait être maintenu sous surveillance longtemps après la fin de son incarcération. La Couronne entend le faire déclarer délinquant à contrôler.

Georgescu s’est reconnu coupable de 20 chefs d’accusation l’an dernier, en lien avec ces agressions. En 2010, il traquait ses victimes dans le secteur du terminus Panama. Le soir, il abordait des femmes en leur demandant des indications routières, avant de les séquestrer et de les forcer à commettre des actes sexuels sous la menace d’une arme. Ses victimes seraient des femmes âgées de 13 à 29 ans au moment des faits.

La Couronne a demandé l’élaboration d’un rapport psychosexuel à l’Institut Pinel après le plaidoyer de culpabilité de Georgescu. Selon la procureure de la Couronne, Me Julie Laborde, les conclusions du rapport suggèrent que l’accusé devrait être déclaré délinquant à contrôler.

Cette requête, si elle est acceptée par le juge Marc Bisson, signifierait que Georgescu écoperait d’une peine d’au moins deux ans de prison et qu’il sera soumis à des conditions strictes jusqu’à dix ans après sa libération.

Ce genre de requête est déposé pour des accusés qui présentent un haut risque de récidive, mais que la justice croit tout de même pouvoir réintégrer à la société.

L’audition sur la requête aura lieu du 20 au 24 février 2017. D’ici-là, l’avocate de Georgescu, Me Marie-Christine Latour, entend produire une contre-expertise.

Écrire un commentaire

avatar