Un parc en lieu et place de la Tour Tysel

Un parc en lieu et place de la Tour Tysel

L’ancien chantier de la Tour Tysel sera remplacé par un parc.

Les résidents du boul. du Saint-Laurent pourront enfin tourner la page sur le dossier de la Tour Tysel. L’ancien chantier, recouvert l’an dernier, sera finalement transformé en parc.

Les résidents du boul. du Saint-Laurent pourront enfin tourner la page sur le dossier de la Tour Tysel. L’ancien chantier, recouvert l’an dernier, sera finalement transformé en parc.

La saga de la Tour Tysel, une tour à condos qui n’a jamais vu le jour, a causé bien des maux de tête à la Ville de Brossard et a laissé de nombreux acheteurs dans un embarras financier. Le constructeur a fait faillite, son propriétaire est allé en prison, et un trou béant défigurait ce secteur qui donne sur le fleuve.

L’an dernier, la Ville a reçu un jugement favorable ordonnant au promoteur immobilier, Développement Tyarm, de le recouvrir. Une réserve a ensuite été placée sur une section de 2650 m2 du terrain, qui s’étend sur près de 14 000 m2, afin de bloquer tout développement de la part des nouveaux propriétaires.

Le 12 mai, les élus de Brossard ont modifié le zonage pour en faire un parc.

Compensation au développeur

Le parc ne se fera toutefois pas sans compenser le propriétaire actuel du terrain, Groupe Max Terra, qui souhaite bâtir un édifice plus élevé que ne le permet le règlement de zonage actuel.

«Tout promoteur doit céder une partie du terrain gratuitement pour qu’on puisse créer des routes et des parcs, explique le conseiller municipal Alexandre Plante. Ça couvre environ la moitié de la superficie du parc. Pour l’autre, les propriétaires nous ont dit qu’ils seraient prêts à nous la céder si on augmente la hauteur maximale permise de 10 à 14 étages.»

La Ville a adopté une motion à cet effet le 12 mai. Elle devra toutefois convoquer une consultation publique avant que les changements proposés n’entrent en vigueur. Celle-ci se tiendra le 28 mai.

Selon M. Plante, la Ville devra débourser plus de 100 000$ pour acquérir le reste du terrain du parc si les changements réglementaires ne sont pas adoptés.

Gagnon et Assaf s’opposent

Les conseillers de l’opposition, Steve Gagnon et Antoine Assaf, se sont opposés au projet. Ils croient que les changements bloqueront la vue sur le fleuve, et ils déplorent que la réserve pour le parc ait été réduite de 2650 m2 à environ 2000 m2.

Commenter cet article

avatar