Serein, Patrice Bosch refuse une offre et prépare son avenir

Serein, Patrice Bosch refuse une offre et prépare son avenir

Patrice Bosch est toujours actif dans le monde du hockey

HOCKEY. Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis que le Brossardois Patrice Bosch a été remercié de son poste d’entraîneur-chef des Saguenéens de Chicoutimi, en même temps que le directeur général Marc Fortier, le 28 novembre 2014.

«Le métier d’entraîneur est instable et un congédiement est toujours possible, pour toutes sortes de circonstances, explique Bosch joint à Québec, où il encourageait son fils lors d’un tournoi atome. Même si cette épreuve ne m’est arrivée qu’une seule fois dans ma carrière, c’est une possibilité que nous devons assumer.»

L’entraîneur-adjoint des Saguenéens, Patrick Gosselin, a été remercié lui aussi à la fin de la saison 2014-15 et l’équipe de gestion qui avait congédié Bosch a été remplacée par un nouveau groupe comprenant l’ex-gardien de la Ligue nationale de hockey et actuel analyste au Réseau des Sports Marc Denis.

Toujours visible sur la scène hockey

Bosch est d’une sérénité évidente. «Il y a toujours du positif dans chaque épreuve. Je passe plus de temps de qualité avec ma famille et je vois que mon congédiement fait de moi un meilleur entraîneur et une meilleure personne.»

Il ne manque d’ailleurs pas d’occupations. Il a lancé un camp de perfectionnement de hockey annuel à Saint-Hubert, là où a débuté sa carrière d’entraineur; se déplace au Québec à titre de conférencier pour la Fédération de hockey du Québec; fait encore du dépistage pour l’équipe nationale de Suisse en vue du prochain Championnat mondial de hockey junior; et assiste à au moins un match de la Ligue de hockey junior majeur (LHJMQ) par semaine.

À la fin novembre, la presse saguenéenne a abondamment parlé de lui quand il a entraîné l’équipe du Québec des moins de 15 ans lors du tournoi midget espoir de La Baie. Il dirigeait l’équipe 1 et son ex-adjoint Patrick Gosselin dirigeait l’équipe 2.

«Je dirige cette équipe pour deux tournois [le 2e aura lieu à Gatineau en février 2016] à la demande de la Fédération. Je le fais pour le plaisir de diriger, être toujours actif dans le milieu et comme je souhaite retourner dans la LHJMQ, je peux découvrir les meilleurs joueurs du futur. Ce fut un réel plaisir de retrouver les journalistes et la population de Chicoutimi. C’est une population très chaleureuse et peu importe la situation hockey, mes relations ont toujours été excellentes avec les médias et la communauté.»

Poste d’entraîneur refusé

Celui qui a joué son hockey mineur à Brossard n’est pas inquiet de son sort. «J’ai un emploi stable dans un domaine autre que le hockey, j’ai une famille que j’aime et je vis bien avec les aléas du hockey. J’ai eu une offre cette saison dans la LHJMQ, mais les circonstances faisaient que j’ai dû la refuser. C’est réconfortant de savoir qu’on s’intéresse à moi et je suis très reconnaissant envers les personnes qui m’ont contacté, mais j’ai des critères personnels et familiaux que je veux respecter pour la suite des choses.»

Commenter cet article

avatar