Samuel Murray fait un gros pas vers le sommet du racquetball canadien

Samuel Murray fait un gros pas vers le sommet du racquetball canadien

Samuel Murray

Crédit photo : Archives – Brossard Éclair

Samuel Murray vise le rang #1 au pays et espère être sélectionné sur l’équipe de deux joueurs et deux joueuses qui représentera le Canada aux Championnats du monde de 2018 en Chine.

Le membre du Club Sani Sport de Brossard a fait un énorme pas en ce sens en dominant totalement la première de trois étapes des qualifications nationales à Vernon, en Colombie-Britannique, du 23 au 26 novembre.

Exempté du premier tour, Murray, classé #3 au Canada, est entré dans la ronde des 16 meilleurs en remportant tous ses matchs au minimum de deux manches, incluant la finale. Après avoir liquidé deux adversaires moins connus, il n’a pas ralenti face aux grosses pointures du top 4.

En demi-finale, il a battu l’Albertain Coby Iwasaa (#3) 18-16 et 14-4 puis, en finale contre le #4 Tim Landeryou, de Calgary, tombeur du #1 Mike Green la veille, Murray a encore brillé par 15-3 et 15-8.

Il se retrouve donc en tête du classement de la sélection canadienne, qui comptera une deuxième étape en février à Kitchener, en Ontario, et une troisième – la plus importante, le Championnat canadien – en mai à Winnipeg, au Manitoba.

En confiance aux Nationaux
«Vraiment, les choses ont bien été pour moi à Vernon, raconte Samuel Murray au Brossard Éclair. Je suis arrivé confiant et j’ai entamé chacun de mes matchs sans jamais avoir peur de perdre. Je suis maintenant un joueur professionnel du International Racquetball Tour (IRT), ce qui m’apporte beaucoup au plan de la constance, et ç’a paru tout au long du tournoi. J’ai peut-être été aidé par le fait que Landeryou a sorti le champion Mike Green en trois manches la veille, mais il avait eu plus de 24 heures de repos avant de m’affronter. Je jouais bien, je n’ai pas eu de cadeau.»

Murray aurait cependant préféré affronter le vétéran Green, plutôt que Landeryou. «Je veux être reconnu premier joueur canadien et le battre directement est la meilleure façon d’y arriver ou de le prouver.»

Lors de son dernier duel d’importance contre Green, en finale de Championnats nationaux à Brossard, au printemps, Murray avait perdu aux points supplémentaires, 12-10, au troisième set, après avoir passé près d’éliminer le #1 en deux sets. Il dit avoir hâte à sa revanche.

«Je ne peux pas dire que je gagne ma vie à jouer au racquetball, mais je rembourse mes déplacements, paye mes études et mon logement. C’est très bien pour pratiquer sa passion. Je dirais que seuls les cinq premiers gagnent vraiment leur vie avec leur sport, et ce ne sont pas les millions des gros sports professionnels.» – Samuel Murray

11e au monde
L’athlète de 24 ans qui a quitté son Baie-Comeau natal il y a quelques années pour s’établir à Brossard, où on retrouve deux centres nationaux de racquetball, en est à sa deuxième saison en IRT. Au moment de l’entrevue, il était au 11e rang mondial après avoir accumulé 994,35 points en 8 tournois.

«L’an dernier, je visais un top 12 et j’ai obtenu le 12e rang. Cette fois, je suis un peu plus habitué, je me connais mieux et je suis plus constant alors, je vise un top 8. Je suis bien placé pour y parvenir car certains de ceux qui me devancent ont participé à plus de tournois que moi.»

Frédérique Lambert championne
D’autres athlètes locaux étaient à Vernon en même temps que Samuel Murray.

La Montréalaise Frédérique Lambert, représentante du Nautilus Plus Brossard et actuelle joueuse #1 au pays, a elle aussi gagné tous ses matchs en deux manches pour remporter le titre féminin.

Le Montréalais Nicolas Bousquet, dont la famille a grandi à Brossard et représentant du Nautilus Plus Brossard, a terminé au 8e rang. Il est classé au 37e rang de l’IRT avec 180 points en un seul tournoi.

Les Brossardois Pedro Castro et Valérie Fallu, du Sani Sport, ont quant à eux terminé respectivement 7e chez les hommes et 6e chez les femmes.

Commenter cet article

avatar