Paul Leduc & ses meubles

Monsieur le maire, les dernières nouvelles à votre sujet me désolent tellement. Je ne veux pas croire que mon bon jugement à votre égard, au moment de déposer mon bulletin de vote, doit être révisé.

La bonne conscience est primordiale pour tout être humain, surtout pour une personne qui assume des responsabilités au nom d’autres personnes qui lui vouent leur confiance dans la gestion de leur bien-être physique et social. Mais l’erreur est humaine et si vous en avez commis une, votre responsabilité est maintenant de la reconnaître et de tout faire pour que vos citoyens, surtout nos jeunes, apprennent – tout comme vous – de votre erreur, c’est-à-dire qu’ils ne la reproduisent pas. Le pardon se fera alors facilement, et les cœurs meurtris seront apaisés.

Pauline Chu

Écrire un commentaire

avatar