Patrice Bernier aura eu son mot à dire en Ligue des Champions

Au moment de mettre sous presse, plus de 46 000 billets étaient déjà vendus pour le match retour de la finale de la Ligue des Champions qui aura lieu au Stade olympique entre le Club América du Mexique et l’Impact de Montréal.

Le match aller, qui aura lieu le 22 avril à l’Estadio Azteca, à Mexico, un stade de 100 000 places, promet, avec une foule qui sera intimidante et une équipe comptant des membres de la sélection mexicaine pour les matchs internationaux.

Le capitaine brossardois de l’Impact, Patrice Bernier, aura enfin eu son mot à dire sur le terrain lors de la qualification de l’Impact au Costa Rica face au LD Alajuelense. Alors que son équipe était en déroute en milieu de 2e demie, se défendant à répétition dans sa zone, l’entraîneur Frank Klopas l’a lancé dans la mêlée à la 70e minute. Deux minutes plus tard, l’Impact avait recommencé à attaquer et Bernier, en zone de réparation adverse, a attiré deux joueurs vers lui avant de passer à Andrés Romera, qui a porté la marque à 4 à 2 pour la série. Ce fut le but gagnant, puisque la série aller-retour s’est terminée 4 à 4, mais à l’avantage de l’Impact, car il avait réussi deux buts sur le terrain de l’adversaire contre 0 pour Alajeulense à Montréal.

«Frank Klopas m’avait donné deux missions en me lançant au jeu, raconte Bernier. Il m’avait demandé de calmer le jeu et de ramener le ballon au sol. Aussi, pour changer la dynamique, il voulait que le milieu de terrain Nigel Reo-Coker et moi évoluions plus haut pour relancer l’attaque, pendant que Laurent Ciman restait derrière. Ça a marché. Nous aurions pu gérer un peu mieux ce match, mais nous sommes quand même arrivés à notre objectif et c’est ce qui compte.»

L’athlète de 35 ans, qui a aussi été joueur partant pour la première fois de la saison lors d’une défaite de 3 à 0 contre le Dynamo à Houston, samedi dernier, mentionne aussi qu’il aime l’adversité en finale. «J’aime affronter le plus gros poisson que possible!»

L’Impact a mieux fait que le résultat de 3 à 0 contre Houston l’indique, dominant la possession du ballon, surtout en 1re demie. Bernier, qui a lui-même raté la cible de peu lors d’un coup franc à la 58e minute, a été remplacé à la 67e minute, au moment où le score était 1à 0.

Écrire un commentaire

avatar