Pas de fusion entre Renouveau Brossard et Brossard Ensemble

Pas de fusion entre Renouveau Brossard et Brossard Ensemble

Le chef de Renouveau Brossard Antoine Assaf et la chef de Brossard Ensemble Doreen Assaad

POLITIQUE MUNICIPALE. Le projet de fusion entre les deux partis d’opposition à Brossard n’aura finalement pas lieu. Les dirigeants de Renouveau Brossard ont officiellement mis fin, le 17 février, aux discussions avec l’équipe du parti Brossard Ensemble dirigé par la conseillère municipale indépendante Doreen Assad. Une discussion qu’ils avaient eux-mêmes amorcée au début du mois de janvier.

Le nouveau président de Renouveau Brossard Gilbert Lizotte explique en partie ce retrait par le fait que cette fusion constituerait ni plus ni moins qu’une prise de contrôle des deux partis par Mme Assaad. Il accuse également la conseillère indépendante d’entretenir des liens avec des personnes «rappelant le passé trouble de Brossard».

«La proposition de fusion qui nous a été présentée était à l’évidence une tentative par les dirigeants du parti de Mme Assaad de prendre le contrôle total de notre parti, affirme Gilbert Lizotte. Non seulement Mme Assaad exigeait de devenir candidate à la mairie pour le parti unifié, mais, de plus, nous aurions été amenés à collaborer avec de futurs candidats rappelant le passé trouble de Brossard.»

«Notre parti a su passer au travers d’épreuves difficiles et a survécu par la force, la détermination et l’intégrité de ses dirigeants, alors que la démission récente de Mme Assaad du parti dirigé par Paul Leduc s’apparente plus à de l’opportunisme politique qu’à une soudaine prise de conscience de ses erreurs passées, poursuit M. Lizotte. Les gens qui ont laissé tomber leur parti alors que, pendant sept années, ils ont dit "oui" sans restriction à toutes les propositions controversées de Paul Leduc ne méritent aucune considération.»

«À l’évidence, après trois rencontres sous la supervision d’un médiateur, nous avons estimé que Renouveau Brossard n’avait rien à gagner avec une telle fusion», ajoute le chef de Renouveau Brossard Antoine Assaf.

Passé trouble

Gilbert Lizotte accuse Brossard Ensemble d’entretenir des échanges avec des candidats potentiels qui ont fait l’objet de sanctions en diffamation. De plus, il accuse Doreen Assaad d’avoir entériné le paiement par la Ville de frais juridiques des personnes mises en cause.

«Nous sommes d’avis que ces gens, à sa face même, avaient outrepassé leurs fonctions de conseillers, posé des gestes et tenu des énoncés diffamatoires et que la Ville n’aurait pas dû assumer leurs frais juridiques dans ces circonstances. Mme Assaad aurait dû s’y opposer, à l’époque, avec la plus grande détermination. Tel n’a pas été le cas et les contribuables de Brossard en ont subi le préjudice, explique le président de Renouveau Brossard dans une lettre envoyée au médiateur, dont le Brossard Éclair a obtenu copie.

«Être associés à des conseillers ayant entériné une telle décision est un élément hautement handicapant pour quiconque souhaite briguer une fonction élective et qui rejaillirait négativement sur les candidats de Renouveau Brossard en cas de fusion des deux organisations», ajoute-t-il.

Jamais une véritable option

Dorren Assaad affirme quant à elle, si la première démarche officielle de rapprochement est venue des dirigeants de Renouveau Brossard, il n’y a jamais eu de réelle volonté de leur part concernant une possible fusion.

«Nous avons eu quelques rencontres au sujet d’une fusion potentielle, mais je n’ai jamais senti une réelle volonté de leur part, raconte Mme Assaad. J’ai l’impression qu’ils n’ont jamais eu l’intention de la faire. J’ai toujours eu la main tendue et je suis restée ouverte, mais ils ont cessé les discussions soudainement et sans aucune raison valable.»

Concernant les allégations de M. Lizotte sur les liens qu’elle entretiendrait avec de potentiels candidats au «passé trouble», la chef de Brossard Ensemble estime qu’«elles sont sans fondement».

«Ces allégations sont complètement ridicules, affirme Mme Assaad. Je n’ai annoncé aucun candidat pour l’instant, ça n’a pas de sens. Pour moi, c’est de la petite politique. Je n’ai même jamais rencontré M. Lizotte. Comment peut-il affirmer une chose pareille?»

Doreen Assaad reste persuadée que malgré l’échec de la fusion, son parti est le meilleur rempart pour faire obstacle à la réélection de Paul Leduc comme maire de Brossard.

Commenter cet article

avatar