Ontario : les ventes de véhicules électriques sont en chute libre

Ontario : les ventes de véhicules électriques sont en chute libre


Le Guide de l'Auto

Article par William Clavey

Le 3 juillet dernier, le gouvernement ontarien a pris la décision d’abolir les crédits gouvernementaux pour l’achat d’un véhicule électrique (VÉ).

Rappelons-le, un citoyen ontarien qui se procurait une voiture entièrement électrifiée comme une Chevrolet Bolt EV, par exemple, était éligible à un rabais de 14 000 $. Pour une hybride rechargeable à autonomie élevée, comme une Honda Clarity, 13 000 $, et pour une hybride rechargeable à faible autonomie, comme un Mitsubishi Outlander PHEV, 7 000 $. L’Ontario était donc la province à offrir les plus grands incitatifs pour l’achat d’un modèle électrifié.

L’impact sur les ventes est flagrant
Inévitablement, l’abandon de cette subvention a un impact néfaste sur les ventes des VÉ chez nos voisins. Pour la Nissan LEAF, on a remarqué une diminution importante des chiffres de ventes. Au mois de novembre 2018, 283 LEAF 2018 furent vendues au Québec, tandis qu’en Ontario, seulement 10 unités furent livrées.

Du côté de General Motors, on remarque également des chiffres à la baisse pour la Bolt EV, tandis que les ventes dans les provinces soutenues par les incitatifs, le Québec et la Colombie-Britannique, demeurent stables. Esther Bucci de chez Chevrolet Canada n’a pas voulu se prononcer sur ces chiffres, mais elle admet avoir remarqué une diminution soudaine de l’intérêt pour les VÉ en Ontario dans le cadre d’une entrevue avec Automotive News Canada

Selon Chris Budd, propriétaire de concessionnaires Chevrolet à Oakville et à Hamilton, en 2018, 91 VÉ furent achetés dans ses concessions. Il s’attend à n’en vendre pas plus de 20 cette année.

Un avantage pour le Québec
La bonne nouvelle dans tout ça, pour les consommateurs québécois, c’est que les voitures qui ne trouveront pas preneurs en Ontario se retrouvent dans les cours de concessionnaires québécois où la demande pour les VÉ continue d’être très forte. Denis Leclerc, président du groupe Albi, a affirmé à Automotive News que le temps de livraison pour un véhicule hybride est passé de quelques mois, à quelques semaines.

Du côté de Bourgeois Chevrolet, à Rawdon, on affirme que plus de 150 véhicules hybrides et hybrides rechargeables auraient été livrés à sa concession depuis l’Ontario durant les mois de novembre et décembre, réduisant les temps d’attente des consommateurs de façon considérable.

Lors de notre séjour en Californie pour l’essai du Hyundai Kona électrique 2019 – un véhicule destiné à arriver en sol québécois ce mois-ci – Jean-François Taylor de Hyundai Canada a expliqué qu’il prévoyait transférer une grande majorité des véhicules destinés à l’Ontario vers le Québec en raison de ce changement de cap soudain.

Au Québec, les consommateurs on droit à un rabais pouvant aller jusqu’à 8 000 $ sur un véhicule électrique neuf. Il est même possible de profiter d’un crédit additionnel de 600 $ pour l’achat d’une borne de recharge rapide à la maison.

La situation en Ontario soulève un point important : la voiture électrique peut-elle survivre sans l’aide d’incitatifs gouvernementaux?