Moins de tracas pour les usagers d’Accès 65 Hors pointe

Moins de tracas pour les usagers d’Accès 65 Hors pointe

Les frais administratifs de 5$ ne sont plus exigés pour obtenir un titre Accès 65 Hors pointe.

Crédit photo : Archives - Le Brossard Éclair

TRANSPORT. Depuis le début de l’année, les usagers du programme Accès 65 Hors pointe, destiné aux personnes de 65 ans et plus et donnant un accès gratuit au transport en commun du Réseau de transport de Longueuil (RTL) en dehors des heures de pointe, n’ont plus à acquitter des frais d’administration de 5$. De plus, leur carte d’accès doit désormais être renouvelée deux fois par année, plutôt que trois.

La Ville de Longueuil a ainsi mis en application certaines des recommandations figurant dans le rapport de la vérificatrice générale, avant même que celui-ci ne soit officiellement déposé et approuvé à la séance du conseil municipal du 28 août.

Dans son rapport, la vérificatrice générale Guylaine Séguin suggère à la Ville de Longueuil d’effectuer une analyse du traitement des frais administratifs.

Elle note une «lourdeur administrative» de la gestion de ces frais, tout particulièrement auprès des usagers de transport adapté, qui représente 9,4% des titres émis dans le cadre du programme Accès 65 Hors pointe.

Le renouvellement du titre auprès de cette clientèle implique l’envoi par la poste d’une nouvelle carte OPUS, et un montant de 5$ est aussi exigé.

«Plusieurs suivis administratifs sont nécessaires auprès des usagers, notamment le suivi des chèques sans provision, le suivi des chèques comportant des informations erronées, ainsi que le rappel auprès des usagers qui ne paient pas ces frais», relève Mme Séguin.

En 2016, une cinquantaine d’usagers n’auraient pas payé ces frais, bénéficiant tout de même de la gratuité du service.

Les coûts estimés pour la gestion spécifique de ces titres sont de 16 500$, alors que les frais administratifs obtenus sont d’environ 4300$.

Il aurait donc lieu, selon Mme Séguin, de réévaluer la plus-value associée au paiement de frais d’administration pour les usagers qui détiennent le privilège de gratuité.

Les frais d’administration annuels pour les usagers réguliers sont d’environ 49 000$.

D’autre part, la vérificatrice générale remarque qu’il n’y a actuellement aucun moyen d’empêcher les usagers du transport adapté détenteurs du titre Accès 65 Hors pointe de bénéficier de la gratuité lors des heures de pointe.

Elle recommande donc qu’«un mécanisme doit être implanté afin d’intercepter les usagers de transport adapté qui ne paient pas leurs frais d’administration et/ou qui  demandent des déplacements durant les heures de pointe et pour lesquels le tarif réduit n’est pas ajusté.»

Double validation de l’âge

Pour se procurer un titre Accès 65 Hors pointe, il est nécessaire de se procurer d’abord une carte OPUS tarif réduit avec photo.

La vérificatrice générale questionne donc l’exigence de fournir une preuve d’âge au moment d’acheter le titre Accès 65 Hors pointe, puisque celle-ci a été fourni au moment d’acheter la carte OPUS.

«La valeur ajoutée d’une vérification de la date de naissance à chaque campagne d’abonnement mérite une réflexion», estime-t-elle.

Du côté de la direction des finances, on s’est engagé à réviser et simplifier le formulaire utilisé pour les demandes d’admissibilité et à clarifier l’exigence concernant la preuve d’âge.

Cette recommandation a d’ailleurs déjà été appliquée par la Ville. Dans son entente 2018 avec le RTL, la date de naissance de l’usager n’a plus à être validée s’il détient déjà une carte OPUS avec photo.

Moins de renouvellement

Les usagers de 65 ans et plus qui souhaitent profiter de ce programme doivent renouveler leur titre à chaque campagne d’abonnement. Depuis le début de la mise en place de ce programme, on comptait trois campagnes par année.
«La fréquence de ces campagnes engendre le traitement d’un fort volume de demandes, soulève la vérificatrice dans son rapport. Ceci augmente les risques que la rigueur du contrôle exercé sur les demandes d’admissibilité soit réduite.»

En 2016, ces campagnes d’abonnement ont coûté 32 000$.

«La fréquence des campagnes mérite une réflexion, car avec la codification des titres selon les villes participantes au programme de gratuité depuis le début de l’année 2017, la Ville détient une information de gestion beaucoup plus précise aux fins de facturation», ajoute-t-elle, suggérant une analyse coûts-bénéfices de la fréquence des campagnes d’admissibilité.

En 2018, l’entente entre la Ville et le RTL prévoit deux campagnes d’admissibilité.

Écrire un commentaire

avatar