Maurice Di Genova accusé de meurtre au premier degré

Maurice Di Genova accusé de meurtre au premier degré

La macabre découverte a été faite dans la matinée du 24 juin 2016, après que des voisins aient contacté la police.

JUSTICE. Maurice Di Genova a comparu le 26 octobre au palais de justice de Longueuil. Il fait face à des accusations de meurtre avec préméditation de sa femme.

Le 24 juin 2016, des agents du Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) ont fait la découverte d’un cadavre en état de décomposition avancée à l’intérieur d’un duplex de l’avenue Tisserand, à Brossard.

Les policiers s’étaient fait mettre la puce à l’oreille par des voisins de la résidence qui avaient remarqué que le comportement de Di Genova avait drastiquement changé depuis quelques semaines. Habituellement très appliqué dans l’entretien de sa pelouse, l’homme avait laissé son terrain pratiquement à l’abandon. À leur arrivée sur les lieux, les agents du SPAL avaient aussitôt noté une forte odeur émanant de la résidence.

Le corps de la victime se trouvait dans tel un état de putréfaction qu’un test d’ADN a dû être effectué afin de s’assurer de son identité. La victime s’est révélé être l’épouse de Di Genova.

L’homme dans la soixantaine a été arrêté le lendemain et est détenu depuis.

Prémédidation

Selon l’avocate de la défense Me Erin Kavanagh, l’accusé ne nie pas être l’auteur du crime, mais conteste qu’il s’agissait d’un acte délibéré et planifié.

Di Genova a renoncé à sa demande de remise en liberté en attendant son procès et sera de retour en cour pour son enquête préliminaire de son procès les 7 et 8 mai 2018.

Commenter cet article

avatar