L’ex-conseiller Gilbert Lizotte nommé président de Renouveau Brossard

L’ex-conseiller Gilbert Lizotte nommé président de Renouveau Brossard

Gilbert Lizotte a occupé un poste de conseiller municipal de 2005 à 2009.

POLITIQUE. Gilbert Lizotte a récemment été nommé président de Renouveau Brossard à la suite du départ précipité d’Yvon Lamarre, qui a récemment démissionné.

Gilbert Lizotte, qui aura 75 ans le mois prochain, a occupé le poste de conseiller municipal de 2005 à 2009, sous la gouverne du maire Jean-Marc Pelleter.

«Depuis la défaite électorale de 2009, j’avais pris la décision de me retirer de toute fonction publique et de me concentrer sur ma famille ainsi que sur des dossiers personnels qui me tenaient à cœur et que j’avais négligés, a déclaré M. Lizotte au Brossard Éclair. Cependant, devant la crise de confiance soulevée à l’encontre de l’administration du maire Leduc, mes proches ont su me convaincre de faire un retour en politique active.»

«Je n’aurais pas accepté ce poste si je ne pensais pas que nous avions de réelles chances de l’emporter. Il y a tellement de scandales qui entachent l’administration Leduc dernièrement que ça en devient inquiétant. Les choses doivent changer.»

Une nomination de M. Lizotte a été bien accueillie par le Chef de Renouveau Brossard, Antoine Assaf.

«Depuis plusieurs semaines et plusieurs mois, nous sommes fortement sollicités par les citoyens, qui sont exaspérés par les allégations qui pèsent à l’encontre du maire Leduc sur sa conduite. Jamais Brossard n’a connu un tel niveau de mépris public dans le passé, où les administrations précédentes n’ont fait l’objet d’enquêtes commandées par le ministre ou d’assignations devant les tribunaux. Il est temps que Brossard retrouve la confiance du public et affiche une gestion au-dessus de tout soupçon», a ajouté M. Assaf.

Candidat à la mairie?

Questionné à savoir s’il sera le candidat de Renouveau Brossard pour le poste de maire aux prochaines élections, Gilbert Lizotte affirme ne pas être encore fixé.

«Ce serait très prématuré de ma part; je n’ai pas encore rencontré tous les membres de notre équipe, affirme M. Lizotte. Concernant les élections, je suis encore en méditation, je n’écarte aucune possibilité. J‘ai pris l’engagement de redynamiser le conseil d’administration en l’ouvrant à de nouvelles ressources et de prendre en charge la restructuration du parti afin que, lors du prochain scrutin, nous proposions aux citoyens de Brossard une équipe de gestion professionnelle et au-dessus de tout soupçon.»

Comme le Brossard Éclair le rapportait la semaine dernière, Renouveau Brossard a entamé des pourparlers avec l’ancien maire Jean-Marc Pelletier pour une possible candidature au poste de maire aux élections de novembre.

«Je ne vous cacherai pas que nous avons eu des discussions avec M. Pelletier. C’est un homme brillant, de grande qualité et qui possède beaucoup d’expérience, notamment sur les questions économiques. C’est certain que j’aimerais travailler avec lui», a affirmé M. Lizotte.

Départ d’Yvon Lamarre

Gilbert Lizotte remplace ainsi Yvon Lamarre à la présidence de Renouveau Brossard. Ce dernier a récemment été expulsé de son poste au sein du conseil d’administration et a démissionné du parti, notamment en raison de révélations sur sa situation financière. Certains des commerces lui appartenant ont fait faillite l’été dernier, une information que le principal intéressé avait omis de transmettre à ses collègues du parti.

«Le conseil a été informé de faits troublants en ce qui concerne le passé de M. Lamarre, des informations qu’il s’était bien tenu de nous révéler lors de sa nomination, a déclaré Antoine Assaf. Quand on a des "squelettes dans le placard", on évite de crier au putsch, d’invoquer des complots et de donner des leçons de morale. Le conseil a pris la décision qui s’imposait, soit d’écarter de ses rangs une candidature qui aurait nui au parti lors des prochaines élections, si ces informations avaient été révélées au public durant la campagne électorale.»

Yvon Lamarre était jusqu’alors le seul candidat déclaré à la succession du chef actuel Antoine Assaf, qui a déjà déclaré qu’il ne souhaite pas se présenter à la mairie en novembre.

 

Commenter cet article

avatar