« Les Zapartistes en ont plein le cul ! »

« Les Zapartistes en ont plein le cul ! »

Les Zapartistes Christian Vanasse

Le groupe Les Zapartistes s’amène au Club du Quartier DIX30, le 9 octobre, pour la présentation de son nouveau spectacle Les Zapartistes en ont plein le cul! Véritable spectacle «purge», les humoristes s’attaqueront à différents thèmes, notamment la pauvreté, l’économie, le sexisme, la religion; tout en abordant la présente campagne électorale fédérale.

Le groupe, qui a cessé de produire sa célèbre revue de l’année en 2013, souhaitait depuis longtemps créer un spectacle thématique basé sur des sujets moins collés sur l’actualité.

«On avait envie de faire des numéros qui se promènent plus longtemps, un spectacle qui peut durer de deux à trois ans, explique un des membres du groupe, Vincent Bolduc. On avait le goût aussi de parler de sujets qu’on ne peut pas aborder nécessairement dans les spectacles de fin d’année.»

Il voit leur dernière création comme une expérience libératrice autant pour le groupe que pour le public. «C’est tout ce que nous pouvons plus supporter. On va évidemment en profiter pour lancer deux ou trois craques sur les élections fédérales, mais on parlera aussi d’identité, d’engagement et d’humour.»

Équipe réduite, spectacle percutant

La tournée ayant débutée à Longueuil le 25 septembre, le nouveau spectacle fonctionne à équipe réduite. Seulement trois membres du groupe sont sur scène, soit Vincent Bolduc, Christian Vanasse et Jean-François Nadeau, un choix que les Zapartistes assument totalement.

«On voulait un spectacle formule cabaret, plus «transportable», qu’on peut présenter dans les petites ou plus grosses salles», explique Vincent Bolduc. Les Zapartistes François Patenaude et Nadine Vincent ont collaboré à l’écriture des nouveaux numéros, qui parleront aussi du projet de loi 59 du gouvernement libéral, qui souhaite notamment prévenir et lutter contre les discours haineux.

«Certains parlent de l’interdiction de rire des religions, les différents discours haineux et du fait de pouvoir rire du dieu de notre choix, ça, c’est très présent. Sinon, est-ce qu’on peut rire de tous les pouvoirs, politiques ou religieux? Ça, on n’en pouvait plus, on devait l’aborder.»

Le groupe comparera la couverture de plusieurs médias quant à des sujets sensibles, notamment les attentats terroristes.

Se moquer du pouvoir

En ces temps de crises mondiales, le groupe en profitera pour parler des politiciens et dirigeants, un exercice toujours sain, selon M. Bolduc. «On rit du pouvoir, peu importe que le monde aille bien ou non. Il y a toujours de la place pour rire du pouvoir, car les politiciens prennent des décisions qui ont une incidence sur nos vies.»

Le soir de l’élection fédérale, le 19 octobre, le groupe présentera la Soirée électorale des Zapartistes, au Club Soda. Les humoristes personnifieront les chefs de partis lors de différents numéros. Lorsque les résultats électoraux seront connus, les Zapartistes feront les discours de chacun des chefs, avant même que ces derniers ne réagissent officiellement. Désirant conserver leur liberté, le groupe prendra position sur des thèmes, sans prendre position pour un parti en particulier.

«On n’a jamais appuyé un parti, et on le fera jamais non plus. Ça nous donne la liberté de critiquer tous les partis et les pouvoirs, quels qu’ils soient.»

Commenter cet article

avatar