Les Rockies fiers de leur participation

Les Rockies fiers de leur participation

Les Rockies de Montréal (territoire de Brossard) ont revêtu le chandail du Canada à Easley

BROSSARD – Se faire dominer nettement quatre fois de suite aux Séries mondiales des Petites ligues, véritable classique pour les amateurs de baseball, tenues à Easley, en Caroline de Sud, du 23 au 30 juillet, pour finir 11e sur 11 équipes, est loin d’être déplaisant quand on ne s’attendait pas à s’y classer et qu’on a fait des miracles à répétition lors des Championnats canadiens pour mériter le privilège d’y participer.

Voilà pourquoi le Brossardois Mike Lalonde et les joueurs de l’équipe Big League (17-18 ans) qu’il a formé sont encore sur un nuage, malgré 4 revers de suite où ils n’ont marqué que 4 points contre 38 alloués contre Europe-Afrique (défaite de 10 à 2), Porto Rico (9 à 0), Asie-Pacifique (11 à 1) et Amérique Latine (8 à 1), lors de la compétition ayant couronné Porto Rico grand champion.

Perdre une avance de 7 points et gagner en prolongation

Mike Lalonde, qui se débat à former des équipes de baseball indépendantes malgré la concurrence du baseball fédéré, a ajouté des joueurs de Verdun et Notre-Dame-de-Grâce aux 6 joueurs locaux déjà sous sa main pour former les Rockies de Montréal, représentant le territoire de Brossard (district 3) aux Championnats canadiens des Petites ligues de baseball qui se tenait à Thunder Bay, en Ontario, au début du mois d’août.

Les Rockies espéraient participer aux demi-finales et revenir au Québec. Ils ont plutôt gagné 7 matchs sans défaite, dont 4 par 1 point et 2 en manches supplémentaires, dont la finale contre la Colombie-Britannique, et pris deux avions et deux autobus pour plutôt se rendre à Easley, tous frais payés, y portant les couleurs du Canada.

«Ce fut vraiment fou, lance Mike Lalonde. Des cheveux gris m’ont poussé pendant le tournoi canadien et j’ai passé près de les perdre en finale! Nous avons pris les devants 10 à 3 en 4e manche et j’ai vu nos jeunes joueurs commencer à penser que le championnat était acquis. J’ai eu beau leur rappeler que nous jouions contre une équipe aguerrie et dirigée par un entraîneur déjà titré 17 fois et que tout pouvait arriver, mais les rivaux sont parvenu à niveler la marque en 7<+>e<+>. Heureusement, en 8e manche, avec les buts remplis et 2 retraits, Guillaume Gravel, de Sainte-Catherine, a frappé une balle sur la clôture pour la victoire. Nous étions fous raide, je me suis retrouvé en dessous de la pile de joueurs à me faire écraser dans la joie!»

Des lanceurs aux balles de feu

Leur but était déjà atteint quand ils se sont présentés à Easley avec deux jours de voyage et un sérieux décalage horaire dans le corps.

«Nous nous sommes dit d’en profiter et de prendre de l’expérience et croyez-moi, ils en ont pris rapidement! Fatigués, nous n’avons pas très bien joué contre l’équipe la plus accessible [Europe-Afrique], contre qui nous avons frappé 6 coups sûrs mais avons commis 4 erreurs. Après, nous avons affronté des lanceurs lançant à 90 miles à l’heure et plus, dont un releveur lançant de côté à 94 m/h, alors que notre meilleur lanceur lance à 84 m/h.»

Les locaux n’ont frappé que 8 coups sûrs au total lors des 3 derniers matchs. La différence entre les grosses équipes et eux était évidente.

«Les autres équipes ont des bassins de joueurs énormes, note Mike Lalonde. Nous étions 12 joueurs et 2 entraîneurs, alors qu’eux avaient 17 joueurs et 3 entraîneurs. Leurs lanceurs, en plus de lancer des balles de feu, sont constants et précis et ils jouent 70 à 100 matchs par année contre 60 pour nous. Si avions pu compter sur les joueurs fédérés, nous aurions pu rivaliser avec certaines équipes.»

La vie hors terrain était aussi grisante. «Nous avons été traités comme des rois et nous avons roulé trois heures jusqu’en Georgie, où les Braves d’Atlanta recevaient les Padres de San Diego. Nous voulons revivre cette expérience et nous tenterons de faire encore mieux», promet Mike Lalonde.

Outre Guillaume Gravel, les joueurs locaux étaient le lanceur Louis Green, de Brossard; le voltigeur de gauche Shane Laverty, de l’arr. de Greenfield Park ; le 3e but Sam Blondeau, de l’arr. du Vieux-Longueuil; le 2e but Benjamin Gadbois, de Châteauguay; et Antoine Boyer, de Sherrington.

Écrire un commentaire

avatar