Les parents d’Hakim tentent de lui procurer une chambre hyperbare

Les parents d’Hakim tentent de lui procurer une chambre hyperbare

La famille Benjlil se dit très heureuse malgré les obstacles.

Crédit photo : Denis Germain - Brossard Éclair

Leur enfant atteint de paralysie cérébrale

La famille Benjlil fait des pieds et des mains en lançant une collecte de fonds en ligne pour munir leur demeure d’une chambre hyperbare de manière permanente pour leur fils d’un an, Hakim, atteint de paralysie cérébrale.

Cet achat représenterait pour eux le gage d’un avenir meilleur pour leur bambin de 16 mois.

«C’est vraiment l’espoir que son état s’améliore. On ne sait même pas s’il va réussir à marcher, explique la mère d’Hakim, Brigitte Provençal. On veut tout faire pour lui donner une meilleure qualité de vie. La chambre hyperbare, c’est ce que les docteurs nous recommandent.»

Arrivés trop tôt
Les deux jumeaux de Brigitte Provençal et Nabil Benjlil devaient naître le 21 février 2017. Ils ont vu le jour le 2 décembre 2016, après seulement 28 semaines de grossesse. Selon le couple, les médecins suggéraient même d’abandonner Hakim, croyant qu’il allait mourir.

Pourtant, le garçon de 16 mois a survécu mais a écopé des plus grandes conséquences de cette naissance prématurée, soit un diagnostic de paralysie cérébrale de type quadriparésie spastique, reçu la veille de son premier anniversaire.

«Ses quatre membres sont rigides et son tronc est plus mou», précise la mère de 38 ans.

Les deux frères ont dû être hospitalisés durant quatre mois, intubés et gavés, souffrant de jaunisses, de pneumonies et d’hémorragies aux poumons, pour ne mentionner que ces complications. Les parents ont de plus appris que le petit Hakim est complètement sourd. Il subira prochainement une opération afin de recevoir un implant cochléaire.

«C’est beaucoup de rendez-vous», dit la mère de famille qui a arrêté de travailler durant 16 mois pour les rendez-vous du petit Hakim chez le physiatre, le physiothérapeute, l’ergothérapeute, l’audiologiste, travailleuse sociale et autres.

«En tant que parent, tu ne penses même pas que tu as un enfant malade. Tu fais ton possible, c’est tout», indique le père des deux jumeaux et de Nora, l’aînée de la famille.

«Je dis souvent que je suis chanceuse d’avoir des enfants faciles à vivre», ajoute Mme Provençal, au moment où ses enfants étaient tout sourire devant la caméra du Brossard Éclair.

Une location dispendieuse
Le couple loue une chambre hyperbare au coût de 2600$ par période de 50 jours. Un achat, d’une valeur de 25 000$, ne serait pas couvert par la Régie de l’assurance maladie du Québec, pour un cas de paralysie cérébrale. «Et il n’y a pas de financement pour ça, il faut payer d’un coup. Mais on ne peut pas attendre dans cinq ans. C’est là que les résultats sont importants, argue Brigitte Provençal. On voit que Hakim commence à se frustrer quand il veut jouer avec son frère et sa sœur et qu’il ne réussit pas.»

Selon les parents, la chambre hyperbare améliorerait de 20 à 40% les résultats d’Hakim. Pour l’instant, 8676$ ont été amassés par le biais d’une page de campagne de sociofinancement Gofundme (www.gofundme.com/une-chambre-hyperbare-pour-hakim).

1
Écrire un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Mathieu Recent comment authors
Mathieu
Invité
Mathieu

Bonjour! Hier, le Mouvement PHAS (Personnes handicapées pour l’accès aux services) et ses partenaires ont manifesté à Brossard devant le bureau du ministre Barrette pour réclamer un meilleur accès aux services de santé et aux services sociaux publics. Il serait normal que les besoins de réadaptation de toutes les familles soient assumés collectivement.