Les budgets serrés ralentissent le chantier du futur pont Champlain

Les budgets serrés ralentissent le chantier du futur pont Champlain

Le Groupe Signature sur le Saint-Laurent qui gère le chantier du futur pont Champlain doit composer avec des budgets extrêmement serrés.

PONT. Il n’y a pas que les incidents qui ralentissent le chantier du pont Champlain. Le Groupe Signature sur le Saint-Laurent, qui gère l’important projet de construction, doit composer avec des budgets extrêmement serrés qui entrainent une gestion financière très stricte venant déranger les opérations.

Selon les informations recueillies par Le Journal de Montréal, l’entreprise a décroché le contrat de 4,5 G$ après avoir soumissionné pour respectivement 600 M$ et 1,1 G$ de moins que ses deux concurrents.

Si cet écart avec la concurrence leur a permis de décocher le contrat, il ne lui laisse pratiquement aucune marge de manœuvre et cette réalité se fait sentir au quotidien.

Près de 12 signatures seraient parfois nécessaires pour valider un bon de commande et cette lourdeur bureaucratique entrainerait des ralentissements sur le chantier.

Signature sur le Saint-Laurent affirme que cette façon de faire était nécessaire afin de s’assurer de la qualité des matériaux.

Le consortium a d’ailleurs assuré en mars qu’elle avait pris un peu d’avance sur l’échéancier prévu. Rappelons que le pont Champlain doit être livré en décembre 2018 et l’ensemble du corridor doit être complété en octobre 2019. Les travaux ont débuté en juin 2015.

Commenter cet article

avatar