Le développement ralentit, place au redéveloppement

Le développement ralentit, place au redéveloppement

Paul Leduc a rappelé encore une fois que «ça va bien à Brossard». revitaliser certains secteurs désuets.

Brossard a connu une extraordinaire expansion démographique et économique ces dernières années, mais aussi une expansion territoriale. Si le développement de nouvelles zones, comme le Quartier DIX30, a participé aux succès de la ville, les élus miseront désormais sur le redéveloppement de zones existantes.

Selon la Ville de Brossard, le territoire est déjà développé à plus de 96%. Il ne reste plus que 150 hectares de terrains vacants, soit environ 1,5 km2 sur les 45 km2 que compte la ville. Cette situation force les élus à viser la revitalisation de certaines zones, plutôt que la création de nouveaux secteurs.

Les trois quartiers TOD, dans le corridor du pont Champlain, font certainement partie du lot, mais la Ville a aussi ciblé des secteurs de moins grande envergure.

«Il des zones qui sont désuètes, ou qui sont à refaire, affirme le maire de Brossard, Paul Leduc. On pense à la Place du Commerce, par exemple. Ça se travaille depuis un certain temps, parce qu’il faut convaincre les investisseurs et les créanciers hypothécaires qu’il faut faire autre chose, avec un autre zonage.»

Ce qui n’empêche pas la Ville de garder un œil sur le 4% du territoire qui reste à développer.

«Il y a encore des terrains qui sont voués à un développement extraordinaire en termes de valeurs foncières, souligne M. Leduc. Il y a de gros projets qui sont actuellement sur la planche à dessins, mais dont on ne peut pas parler parce que ce n’est pas encore public.»

Selon le maire, Brossard n’est pas encore dans la même situation que Saint-Lambert, une ville développée à plus de 98 %, où tout nouveau projet signifie presque nécessairement la destruction ou la réaffectation de bâtiments existants.

Commenter cet article

avatar