L’activité physique pour repousser la dépression et l’isolement

L’activité physique pour repousser la dépression et l’isolement

Une quinzaine de femmes se sont réunies le 30 avril afin de participer à la première marche organisée par la Boutique Mère Hélène

Depuis le 30 avril, la boutique Mère Hélène invite les mères, mais aussi toutes les femmes, à se rencontrer pour une marche de groupe, deux fois par semaine. Le but de l’exercice? Repousser l’isolement et la dépression par l’activité physique, comme le veut le nouveau mouvement Je suis MV, propulsé par l’ancienne journaliste Karine Champagne.

Les propriétaires de la chaîne Mère Hélène, Estelle Morin et Nathalie Poirier, constatent beaucoup d’isolement chez les jeunes mères qui fréquentent leurs boutiques.

«C’est un constat que l’on fait depuis plusieurs années. Les clientes entrent dans la boutique pour acheter une suce et peuvent rester une heure pour discuter, raconte Nathalie Poirier. Créer des événements où ces mères peuvent se rencontrer et pratiquer une activité physique qui les aide à prendre soin de leur santé mentale, on trouvait ça extraordinaire.»

Ainsi, tous les lundis et jeudis, à 9h30, un groupe de femmes et d’enfants se retrouve devant la boutique du boul. Taschereau et prend la route pour environ une heure. Des trajets sont déjà établis et l’activité est gratuite.

Lors de l’inauguration de l’activité, une quinzaine de femmes avaient répondu à l’appel.

Des employées des boutiques de Brossard, de Saint-Jérôme et de Repentigny accompagnent les marcheuses, sur leurs heures de travail.

La copropriétaire tient à rappeler que toutes les femmes sont les bienvenues, avec ou sans enfants. «La semaine dernière, il y avait une participante dans la quarantaine qui est en arrêt de travail et qui a décidé de venir marcher avec nous pour briser son isolement.»

Nathalie Poirier voudrait que le mouvement perdure à travers les saisons, puisque l’hiver est une période où les jeunes mères se sentent d’autant plus seules et isolées.

Renouer avec la vie

Ayant traversé une dépression sévère par le passé, Karine Champagne a été marquée par une proposition de son médecin, qui lui avait affirmé que le meilleur antidépresseur qu’il pouvait lui prescrire était l’exercice. La journaliste s’est mise à pratiquer des activités physiques de cinq à six heures par jour, ce qui lui a permis de prendre le dessus sur la maladie.

Depuis maintenant un an, elle a quitté sa carrière en information pour se consacrer uniquement au mouvement qu’elle a créé: Je suis MV, qui souhaite éloigner la dépression des femmes par le biais de l’exercice.

Le terme MV peut se décliner par en Mode de Vie, MerVeilleuse et Mes Victoires.

Commenter cet article

avatar