La vie reprend après le drame

La vie reprend après le drame

Terri Knight a accroché des photos de son mari et ses fils près d'une horloge

Sept ans après l’incendie qui a coûté la vie à son mari et ses deux fils, Terri Knight se remet tant bien que mal du drame qu’elle a vécu.

«C’est un événement qui serait très triste pour n’importe qui. Mais imagine que tu es une jeune femme dans la vingtaine, que tu n’as pas beaucoup d’argent et que ton mari est un sans-papiers», souligne l’avocat de la veuve, Me William Kennedy.

Selon divers reportages, Oudah Frawi était un réfugié iraquien qui avait fui la Guerre du Golfe en 1991, s’installant d’abord au Canada, puis à Quincy. Il a rencontré sa future épouse en 2006 et elle est allée le rejoindre au Massachusetts.

Mme Knight n’était pas disponible pour une entrevue avec le Brossard Éclair.

Selon Me Kennedy, Mme Knight a réussi à rebâtir sa vie en Oklahoma, son état natal. Mais elle n’oubliera jamais ce qui s’est passé le 25 mars 2009.

«Elle souligne toujours l’anniversaire d’Ali et de Hassan, affirme l’avocat. Elle a rapatrié leurs cendres en Oklahoma, où ils sont enterrés dans un cimetière musulman.»

Quant au corps de son défunt mari, il a été envoyé en Iraq, dans la région de Basrah.

Dans une entrevue accordée en juin 2009 au journal local The Enid News and Eagle, Terri Knight et sa mère, Tina Griffin, ont montré des photos accrochées près d’une horloge.

«Elle les a mises là parce qu’elle dit que le temps est désormais la seule chose qui les sépare», affirmait alors Mme Griffin.

Aujourd’hui, Mme Knight s’est remariée et a un nouvel enfant. «L’enfant a été la plus grande des bénédictions pour elle. Cela lui a donné une nouvelle raison d’être», affirme son avocat.

À lire aussi: Une Américaine poursuit un Brossardois pour 14 M$

Écrire un commentaire

avatar