La sécurité des travailleurs, un enjeu majeur sur le chantier du pont Champlain

La sécurité des travailleurs, un enjeu majeur sur le chantier du pont Champlain

L’équipe de sauvetage comprend douze sauveteurs nautiques, répartis sur quatre équipes.

Crédit photo : Gracieuseté

Un chantier de la taille de celui du nouveau pont Champlain entraîne son lot de défis. Avec le grand nombre de travailleurs et la nature des travaux, il est entre autres primordial pour Signature sur le Saint-Laurent (SSL), consortium responsable du chantier, d’assurer la sécurité des travailleurs.

Depuis la mise en branle du projet au printemps 2016, on recense plus de 52 accidents survenus sur le chantier du pont. Un travailleur a été blessé en mars quand il a électrisé la grue qu’il opérait en l’approchant trop près d’une ligne à haute tension. Deux autres incidents mineurs sont également survenus à l’automne 2017.

Depuis plusieurs mois, alors que les activités se sont intensifiées sur l’eau avec l’installation des semelles maritimes, des segments préfabriqués, des chevêtres et des poutres caisson, un va-et-vient constant se déroule sur le fleuve. Les déplacements de barges, de remorqueurs, de machineries lourdes et d’équipements sont fréquents.

Une équipe de sauvetage nautique patrouille lorsqu’il y a des activités sur le chantier maritime situé entre la jetée ouest de l’Île-des-Sœurs et la jetée du pont à haubans.

«En plus de nos agents de prévention qui sillonnent les différents secteurs de construction sur la terre ferme, nous avons ajouté des équipes de sauveteurs nautiques, indique le directeur de la santé-sécurité du chantier Jean Charron. Les travailleurs et sauveteurs font maintenant partie d’une seule et même équipe et se côtoient lors des déplacements sur les bateaux de transport. Les équipes possèdent les équipements et la formation requise sur l’eau, une certification en premiers soins avancés (premier répondant), en plus de suivre une formation continue.»

L’équipe de sauvetage comprend douze sauveteurs nautiques répartis sur quatre équipes pour assurer une rotation et une couverture durant toute la période des travaux. Les sauveteurs utilisent deux types d’embarcations spécifiquement dédiées à la surveillance nautique, soit une embarcation pneumatique de 17 pieds à coque rigide et une embarcation technique UMA 17.

«Cette dernière embarcation est la pièce de résistance pour naviguer sur le fleuve dans des conditions hivernales, mentionne le responsable des équipes de sauveteurs nautique et capitaine de bateau Réal Desrochers. Sécuritaire et approuvée par Transport Canada, elle est rapide et peut facilement se déplacer, malgré les glaces, vers les lieux nécessitant notre intervention.»

Écrire un commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar