La SAAQ demandera 247 $ pour une plaque d’immatriculation personnalisée

La SAAQ demandera 247 $ pour une plaque d’immatriculation personnalisée


Le Guide de l'Auto

Article par Olivier Beaulieu

Le Québec tire de la patte depuis des lunes en ce qui a trait aux plaques d’immatriculation personnalisées. Dans plusieurs provinces canadiennes ainsi qu’aux États-Unis, c’est monnaie courante! En 2014, au grand bonheur de plusieurs, le gouvernement provincial annonce que les automobilistes pourront choisir, moyennant un léger supplément de 247 $, leur plaque d’immatriculation. Ça aura pris quatre ans depuis la première annonce du gouvernement, mais nous y aurons apparemment bientôt droit. Mais ce n’est pas tout.

Lors de la dernière consultation en chambre, les députés de l’Assemblée nationale ont approuvé certaines modifications du projet de loi notamment au niveau du prix de ce service. Aux dernières nouvelles, ceux qui voudront obtenir une plaque d’immatriculation personnalisée devront débourser 217 $, ce à quoi on peut ajouter les frais d’administration de 30 $. Cela dit, le projet de loi 150 traîne à l’Assemblée depuis 2016 et avait été mis sur la table par le Parti québécois en 2014. À l’époque, l’équipe du Guide de l’auto avait été informée que cette personnalisation serait disponible dès septembre 2015!

Par ailleurs, nous savons dorénavant qu’un automobiliste ne pourra pas inscrire ce qu’il voudra sur sa plaque. La SAAQ imposera plusieurs restrictions quant au choix de l’inscription. D’abord, un automobiliste ne pourra faire croire qu’il fait partie de l’autorité publique si c’est faux. Ainsi, une plaque POLICE sera refusée. Aussi, il ne pourra pas y avoir de plaques de mauvais goût faisant allusion à la sécurité routière ou même des commentaires dégradants et obscènes comme IVRE, SEXE, NUE, etc. Enfin, on ne pourra pas non plus inciter à la violation du code de la route ou une loi criminelle et utiliser une marque déposée avec des mots comme COKE, VITE, PEPSI ou HITNRUN par exemple.

Dans la dernière mouture du projet de loi, aucune date d’entrée en vigueur n’a été mentionnée. Peut-être nous affolons-nous encore un peu pour rien…