La greffière de Brossard dépose deux plaintes pour harcèlement psychologique

La greffière de Brossard dépose deux plaintes pour harcèlement psychologique

Le maire de Brossard Paul Leduc

TRAVAIL. La greffière et directrice des services juridiques de la Ville de Brossard, Me Isabelle Grenier, poursuit son employeur pour harcèlement psychologique.

Le Brossard Éclair a obtenu copie de deux plaintes déposées par Me Grenier au Tribunal administratif du travail.

La greffière de la Ville est partie en congé de maladie en mars 2016. La première plainte pour harcèlement psychologique a été déposée trois mois plus tard.

La seconde plainte fait état d’un autre épisode de harcèlement qui aurait eu lieu en septembre 2016, soit six mois après que Me Grenier ait quitté l’hôtel de ville.

Le maire Paul Leduc a refusé notre demande d’entrevue à ce sujet. Le Brossard Éclair n’a pas réussi à contacter Me Isabelle Grenier.

Un ancien employé de Brossard a par ailleurs déposé lui aussi une plainte contre la Ville au Tribunal administratif du travail, cette fois pour congédiement abusif.

En février, un citoyen s’était présenté à la séance publique du conseil municipal pour demander au maire si les élus étaient au courant des plaintes pour harcèlement.

«Je ne vois pas de harceleurs ici à Brossard. Je n’en ai jamais vu et j’espère que je n’en verrai jamais», lui avait alors répondu le maire.

Rapport toujours attendu

Le chef du parti d’opposition Renouveau Brossard, Antoine Assaf, se dit peu étonné que de telles plaintes aient été déposées contre la Ville.

La chef de Brossard Ensemble Doreen Assaad souligne quant à elle que les élus attendent toujours le rapport de ressources humaines qu’ils ont commandé afin de faire la lumière sur les nombreux départs et congés de maladie à l’hôtel de ville.

«On s’est fait dire qu’il y avait des plaintes, affirme-t-elle. La direction générale nous avait demandé de faire des analyses, alors on a approuvé des dépenses pour qu’un consultant externe détermine la source du problème. Son rapport, je ne l’ai pas encore vu.»

Rappelons qu’une version de ce rapport a été coulée au Journal de Montréal l’an dernier. Selon le quotidien, il indiquerait qu’un climat de travail «toxique» sévirait à l’hôtel de ville, notamment à cause des demandes de certains élus.

La Ville de Brossard connaît une vague de départs depuis 2015. Le maire Paul Leduc a notamment perdu son chef de cabinet, et plusieurs hauts fonctionnaires ont quitté Brossard pour aller travailler dans d’autres municipalités.

Commenter cet article

avatar