General Motors met Trump en garde face à l’imposition de tarifs douaniers

General Motors met Trump en garde face à l’imposition de tarifs douaniers


Le Guide de l'Auto

Article par Olivier Beaulieu

L’administration Trump impose des mesures protectionnistes qui visent à renforcir le commerce et à prioriser les produits faits au pays plutôt que ceux fabriqués à l’étranger. Dans cet ordre d’idées, plusieurs mesures ont été prises à la Maison-Blanche au cours des deux dernières années. Cependant, l’imposition des tarifs douaniers annoncés par l’administration Trump pourrait avoir de graves conséquences sur l’industrie automobile, un marché qui profite largement de l’ouverture des frontières pour construire un produit à moindres coûts.

Le manufacturier General Motors, le plus gros employeur au pays, a averti le président qu’une seconde vague de tarifs douaniers pourrait avoir deux conséquences importantes. D’une part, le prix des voitures pourrait augmenter de plusieurs milliers de dollars pour les consommateurs et d’autre part, la multinationale pourrait être forcée de mettre à pied plusieurs milliers d’employés… Ces deux mesures pourraient alors avoir des répercussions notables sur l’économie au pays.

Du côté des élus, on défend cette position en argumentant que l’importation de pièces automobiles et la déportation des usines d’assemblage seraient un risque pour la sécurité intérieure au pays.

GM ainsi que plusieurs autres manufacturiers se voient donc coincés dans cette guerre commerciale. Depuis quelques jours à peine, des tarifs sur l’acier, entre autres, sont entrés en vigueur aux États-Unis et ailleurs sur le globe. Les conséquences sont de taille pour les constructeurs. À ce propos, GM, BMW et Volvo – ayant toutes trois des usines d’assemblage au pays – ont uni leur voix et ont formulé une plainte officielle au gouvernement. Mais cette plainte exprimée par l’une des plus grandes sources d’emploi au pays fera-t-elle flancher le président?

Selon le dernier recensement de GM, la multinationale compte 47 usines d’assemblage et 25 établissements d’usinage de pièces totalisant 11 000 employés aux États-Unis seulement.