Gel de taxes à Brossard: la mairesse réalise son premier engagement électoral

Gel de taxes à Brossard: la mairesse réalise son premier engagement électoral

Crédit photo : Archives - Brossard Éclair

FINANCES. Comme Doreen Assaad l’avait promis en campagne électorale, le compte de taxes des Brossardois sera gelé en 2018.

Ainsi, comme en 2017, le compte de taxes sera maintenu à 2556$ pour une propriété dont l’évaluation est de 322 844$.

«Le fait marquant de ce budget est que les Brossardois bénéficient d’un gel de taxe foncière pour 2018, estime Doreen Assaad. Nous avons respecté leur capacité de payer sans impact négatif sur les services.»

Le budget adopté par le conseil municipal ce soir représente une hausse de 2,9% par rapport à celui de 2017, soit 161,3 M$. La hausse des dépenses est principalement due à une augmentation de la quote-part versée à l’Agglomération de Longueuil pour la nouvelle Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM).

«Il y a trois sources d’augmentation, soit la contribution au transport collectif; la nouvelle réglementation au plan de la gestion de l’eau, qui a amené des investissements supplémentaires; et le fait que la richesse foncière de Brossard augmente plus rapidement que les autres villes. Donc, la facture que nous devons assumer augmente», précise le directeur des finances, Pierre Archambault.

Du côté des revenus, une hausse de 4,7 M$ s’explique par la croissance de la Ville, qui génère des entrées d’argent supplémentaire. Une proportion de 71% des revenus provient des taxes.

Brossard en bonne position

La présidente du comité des finances et conseillère Julie Bénard estime que Brossard «conserve une taxation qui se situe parmi les plus basses au sein des villes comparables» en gelant les taxes. Comparée à des villes telles que Repentigny, Saint-Jean-sur-Richelieu, Terrebonne, Boucherville, Saint-Bruno-de-Montarville et Saint-Lambert, où la maison moyenne est évaluée entre 268 000$ et 566 124$, Brossard détient le compte de taxes moyen le plus bas.

La conseillère précise également que «le niveau d’endettement de la Ville est bien contrôlé et est lui aussi inférieur à celui des villes de même taille».

Au 31 décembre prochain, la dette de Brossard sera de 149,4 M$, soit une réduction de 8 M$ par rapport à l’an passé.

Une marge de manœuvre de 30 M$

La nouvelle administration a aussi présenté le programme triennal d’immobilisations (PTI) dans lequel près de 233,8 M$ d’investissements sont prévus pour la réalisation de dizaines de projets, dont 151,1 M$ en 2018.

«Près du 2/3 du PTI sont des projets déjà votés ou en cours, explique la mairesse de Brossard. Nous avons dû faire face à cette situation, mais ultimement, nous avions une marge de manœuvre de 30 M$.»

De nombreux projets seront mis en chantier cette année, dont la construction du complexe aquatique, l’élargissement du boul. du Quartier et de la Grande-Allée, la réfection des infrastructures du secteur Brosseau ainsi que le pont d’étagement du Quartier.

Doreen Assaad a tout de même réussi à mettre sa couleur au budget en ralentissent certains projets et en réduisant «des dépenses superflues», notamment le service externe de firme de relations publiques et d’avocats.

«Il y a vraiment de nouvelles orientations dans le budget, notamment le gel du compte de taxes. C’est une phrase qui est courte, mais qui est longue de réalisations et de réflexion, précise le directeur général adjoint Claude Chevalier. Mais il y a aussi l’accélération des investissements dans les parcs et espaces verts qui est une volonté de la nouvelle administration, la relocalisation du marché public, mais aussi de concerter les actions et la vision en matière d’accès aux berges du fleuve et de revoir de façon significative tous les aménagements des traverses piétonnes et de la mobilité active.»

La mairesse a précisé que de multiples projets sont à venir et que ceux-ci seront réalisés avec toute la transparence exigée.

«L’implantation de la norme ISO 37001 contribuera certainement au sérieux et à l’intégrité de notre démarche», a-t-elle conclu.

Commenter cet article

avatar