Explosion à Mississauga: un paramédical de Brossard raconte

Explosion à Mississauga: un paramédical de Brossard raconte

Le paramédical natif de Brossard Jason Tremblay est le troisième intervenant médical à être arrivé sur les lieux du restaurant Bombay Bhel, le 24 mai.

Crédit photo : Twitter

L’appel concernant l’explosion au restaurant Bombay Bhel à Mississauga entre à 22h30, le 24 mai. Comme plusieurs de ses collègues ambulanciers paramédicaux, Jason Tremblay se précipite sur la scène. Il a peu de détails. À mesure qu’il se rapproche du lieu, le nombre de blessés augmente.

«Au début, on nous disait qu’il y avait un blessé. En route, nous avons appris que ça avait augmenté à quatre personnes, puis à huit, puis à une douzaine de victimes», se remémore Jason Tremblay, paramédical et délégué syndical de la section locale 277 du SEFPO – syndicat des employés parapublics de l’Ontario.

Lorsqu’il arrive sur les lieux, deux intervenants médicaux sont déjà sur place et ont commencé à trier les victimes par priorité d’urgence.

«Quand je suis arrivé avec mon collègue, 15 à 20 personnes étaient assisses sur le trottoir. C’était vraiment bien organisé; un chaos organisé.»

«Je n’avais jamais vu autant de sang.»

– Jason Tremblay

Une seule priorité: les patients

Jason Tremblay et les paramédicaux ont peu de détails sur l’événement, qui s’est révélé par la suite être une attaque à la bombe faisant quinze blessés, dont trois graves. À ce moment, toute son attention est tournée vers une seule chose: «prendre en charge les patients».

«Ils étaient classés par code de couleur, explique le natif de Brossard. De ceux qui devaient être pris en charge immédiatement à ceux qui avaient besoin de soins, mais qui pouvaient attendre. Nous avons donné les premiers soins à l’extérieur du restaurant et ensuite, nous avons pris la route vers l’hôpital.»

Jason Tremblay

Les victimes avec des blessures plus sévères sont transportées dans un centre de traumatologie, alors que les autres sont transportées dans un hôpital local.

Entraîné pour répondre à toutes les situations

C’est la deuxième fois que Jason Tremblay intervient lors d’une explosion. En 2016, une maison avait été soufflée par une déflagration à Mississauga. Le drame, qui avait coûté la vie à deux personnes, avait été causé par une déconnexion intentionnelle des tuyaux de gaz naturel dans le but de commettre un double suicide.

«C’était très différent! Mis à part les deux victimes, il n’y avait pas de blessés. Alors que cette fois, il y avait une vingtaine de victimes», explique Jason Tremblay.

Il rappelle toutefois que les paramédicaux s’entraînent chaque année à différents incidents à victimes multiples.

«Le scénario est différent à chaque fois, comme un accident d’autobus ou un écrasement d’avion», précise-t-il.

La communauté sous le choc

Une semaine après les événements, Jason Tremblay avoue que sa communauté est toujours ébranlée.

«Nous en parlons chaque jour, dit-il. C’est la première fois que ce genre d’événement arrive dans notre coin. Nous sommes vraiment surpris et nous ne savons pas ce qui s’est passé.»

Jusqu’à ce jour, le motif de cette attaque à la bombe demeure inconnu. Lors des événements, la chef du service de police local Jennifer Evans avait affirmé que rien n’indiquait qu’il s’agissait d’un acte terroriste.

Au moment d’écrire ses lignes, la police recherche toujours les deux suspects, qui ont été filmés entrant dans le restaurant et y plaçant un engin explosif. Ils ont pris la fuite toute de suite après l’explosion.

Fier de ses collègues

Délégué syndical de la section locale 277 du SEFPO – syndicat qui représente quelque 155 000 travailleurs parapublics à travers l’Ontario –, Jason Tremblay est tout particulièrement fier de la façon dont ses membres ont géré le chaos de l’événement, ce qui leur a permis de conduire rapidement les patients à l’hôpital.

«Nous sommes arrivés sur place en moins de dix minutes, ce qui est exactement ce que nous visons», affirme-t-il.

Écrire un commentaire

avatar