Éliminé en prolongation au 7e match, Tifu rate de peu le carré d’as

HOCKEY. Yannick Tifu pourrait inscrire son nom pour une 2e fois sur la Coupe Kelly, symbole du Championnat de la Ligue de hockey de la Côte Est (ECHL), mais pas cette année.

Le Brossardois et ses coéquipiers des Royals de Reading, champions de la ECHL en 2013, ont été stoppés de façon déchirante mercredi dernier, lorsqu’ils ont perdu le 7e match de la demi-finale de la Conférence de l’Est en prolongation 4 à 3. Dans cette série entre l’équipe de 8e place (Reading) et celle de la 7e (Nailers de Wheeling), Reading s’est retrouvé à moins de 2 minutes de l’élimination mercredi quand Tifu, envoyé sur la patinoire à la place du gardien, a créé l’égalité avec un tir sur réception. Mais les Royals ont raté de belles opportunités en surtemps avant qu’une mêlée devant leur but se solde à la faveur des Nailers.

Pour Tifu, il s’agissait d’une 6e série en ECHL décidée dans un 7e match, mais un premier revers dans cette circonstance en carrière. Et pour les Royals, c’était une 2e défaite crève-cœur dans cette série, eux qui avaient perdu le 4e match en 3e période supplémentaire.

«Même à 31 ans, je ne prends pas bien cela, lance Tifu, en entrevue au Brossard Éclair deux jours après le début de ses vacances. Nous avions une bonne équipe capable d’aller jusqu’au bout. Mais ça fait du bien de retrouver ma femme et ma famille. J’étais fatigué. Depuis un mois, j’étais presque toujours sur la route en autobus.»

Points tournants

Celui qui a obtenu 8 points, dont 2 buts, en 14 matchs de séries ne se rappelle quasiment pas de sa réaction après son but égalisateur providentiel.

«Je venais tout juste d’entrer sur la patinoire en remplacement du gardien. Je ne pensais qu’en termes de but, j’ai reçu une passe sur la palette et j’ai marqué. Après, c’est la noirceur totale; nous étions hystériques! En prolongation, nous avons eu de vraies belles chances, mais n’avons pas été opportunistes. Selon moi, le point tournant de cette série a été notre défaite en 3e période de prolongation au match 4. En gagnant, nous aurions pris l’avance 3 à 1 dans la série, et les Nailers auraient peut-être été démoralisés.»

Statut incertain

Celui qui célèbrera ses 32 ans en octobre ne connaît pas encore son statut pour la prochaine saison.

«Je vais d’abord discuter avec ma conjointe. Si je retourne à Reading, je négocierai peut-être certaines conditions. C’est plus difficile pour moi de jouer trois matchs en trois soirs en voyageant en autobus. Les arrêts dont j’ai bénéficié cette saison m’ont été bénéfiques, surtout pour les séries. Je voudrais continuer dans cette direction. Cet été, je passerai beaucoup de temps avec ma conjointe en Ontario, participerai à des tournois de dek hockey au Québec et débuterai peut-être des cours en coaching de hockey», conclut-il.

 

Écrire un commentaire

avatar