École La Camaradière de Québec au Défi sportif AlterGo

École La Camaradière de Québec au Défi sportif AlterGo

Les jeunes de la Camaradière ont quitté la maison tôt mercredi en vue de l’épreuve du mini-marathon.

MINI-MARATHON. Les neuf athlètes ayant un trouble du langage de l’école secondaire La Camaradière, de Québec, ont exprimé haut et fort leur excitation avant l’épreuve du mini-marathon, mercredi matin, au Défi sportif AlterGo, à Montréal.

«Je me sens très bien, même si je suis très stressé, a avoué Charles, âgé de 14 ans, atteint de dysphasie. C’est la première fois que je fais un marathon. Je vais essayer de courir le plus vite possible pour avoir une médaille.»

Enseignante en adaptation scolaire, Précilia Turgeon s’est dite heureuse de la façon dont les jeunes perçoivent le Défi sportif.

«Charles m’a dit tantôt que si un des élèves de l’école gagnaient une médaille, ce serait la médaille de tout le monde, comme au hockey», a indiqué avec fierté la professeure.

Âgés entre 11 et 14 ans, les athlètes de La Camaradière sont atteints de troubles de l’apprentissage et du langage ainsi que de dysphasie. Partis de Québec à 6 h mercredi, ils s’entraînent en vue du Défi sportif depuis deux mois.

«On s’est pratiqué pendant les heures de dîner, a relaté Mme Turgeon. La préparation a été plus physique qu’émotionnelle. Ils avaient tellement hâte à cet évènement.»

Plus qu’une compétition, le Défi sportif représente un grand accomplissement pour les jeunes de la Camaradière.

«C’est le dépassement de soi, a constaté l’enseignante. Ils comprennent que c’est possible de se fixer des objectifs et de les atteindre. Je leur ai dit que l’essentiel était qu’ils franchissent la ligne d’arrivée et que ce n’était pas grave s’ils marchaient.»

Les jeunes de Québec ont finalement terminé leur épreuve individuelle sans médaille, mais en courant dans la joie, en compagnie de près de 1000 autres participants.

Écrire un commentaire

avatar