Crise à Brossard: l’élu Claudio Benedetti quitte le caucus du maire

Crise à Brossard: l’élu Claudio Benedetti quitte le caucus du maire

Claudio Benedetti et Paul Leduc lors de la victoire électorale de Priorité Brossard

La crise qui secoue la Ville de Brossard continue de faire des victimes. Après le départ de plusieurs hauts fonctionnaires, voilà qu’un élu du parti du maire quitte son caucus, citant un style de gestion trop «patriarcal».

Claudio Benedetti a confirmé aujourd’hui qu’il ne fera plus partie du caucus de Priorité Brossard, même s’il ne quitte pas officiellement le parti. Il continuera de siéger comme conseiller municipal du district 5, mais à titre d’indépendant.

À lire aussi: «Soulagé», le maire cite des questions d’éthique

Les scandales des dernières semaines auront eu raison de lui.

«Tous ces événements qui se cumulent, les démissions qui se succèdent… Ce serait trop facile de dire qu’il ne se passe rien à la Ville. Quelque chose ne va pas», affirme-t-il en entrevue au Brossard Éclair.

Sans nommer spécifiquement le maire Paul Leduc, M. Benedetti critique le style de gestion qui s’est imposé au fil des années.

«En 1958, Brossard était une banlieue dortoir. C’était correct de gérer la ville en "bon père de famille". Mais la ville a grossi et le style de gestion n’a pas changé», déplore-t-il.

M. Benedetti souligne qu’il conserve son siège au conseil municipal. «Mes électeurs m’ont donné un mandat jusqu’en 2017 et ce sont eux mes vrais patrons», souligne-t-il.

Le Brossard Éclair a demandé au maire de commenter ce départ. Sa réponse devrait venir sous peu.

Conseillers sous-utilisés

Claudio Benedetti reproche aussi à son ancienne équipe de laisser de côté trop de talent.

Rappelons que le maire a été critiqué récemment parce que son beau-fils, le conseiller municipal Alexandre Plante, cumule de nombreuses tâches importantes alors qu’il n’a pas de diplômes. Il siège sur cinq comités de la Ville, ce qui lui permet de toucher une rémunération de plus de 99 000$, soit deux fois celles des autres conseillers. Ses collègues siègent sur un ou deux comités chacun.

«Il y a des gens de très grande valeur autour de la table et ils ne sont pas utilisés à leur juste valeur, lance-t-il. M. Plante a certainement des qualités, mais il y a d’autres gens.»

Nombreux départs

Comme le rapportait récemment Le Journal de Montréal, plusieurs cadres et hauts fonctionnaires ont aussi claqué la porte de la Ville ou sont partis en congé de maladie au cours des derniers mois. Le chef de cabinet du maire, Yves Lemire, fait partie du lot.

«Tous les départs et les congés de maladie, les raisons sont toutes pareilles», souligne Claudio Benedetti.

En plus de M. Lemire, la Ville a perdu les services de sa directrice du génie, de sa directrice adjointe à l’urbanisme, du directeur de l’urbanisme, du directeur des ressources humaines et de deux chefs de service.

Commenter cet article

avatar