Christophe Bernier accepte la décision partagée

Christophe Bernier accepte la décision partagée

Le boxeur de Brossard est remonté dans le ring contre Alexis Barrière

Crédit photo : Gracieuseté

Christophe Bernier a perdu son combat revanche face au champion canadien Alexis Barrière par décision partagée, le 2 juin, au centre Claude-Robillard.

Cet affrontement mettait à tout le moins au clair une situation laissée en suspens depuis le dernier combat entre les deux boxeurs.

Le boxeur amateur des super lourds Christophe Bernier est natif de Brossard. Alexis Barrière, quant à lui, est de Saint-Jean-sur-Richelieu et s’entraîne avec l’équipe nationale depuis maintenant un an.

«Cette fois, c’était une vraie décision partagée, contrairement aux Championnats canadiens, confie Bernier. Ç’aurait pu aller des deux côtés. J’accepte le résultat sans problème.»

Surentraîné

Selon Christophe Bernier, le combat a été ordinaire, de son côté.

«Ma plus grosse erreur s’est produite avant le combat. Depuis que je suis revenu de l’Angleterre, j’essayais de maintenir le même tempo d’entraînement que j’avais là-bas, en travaillant à temps plein, indique-t-il. L’entraînement conjugué à mon mode de vie d’ici, c’est incompatible. J’étais surentraîné.»

Cette situation a engendré une perte d’énergie, moins d’explosion dans les frappes et une incapacité de conserver aisément le rythme pour le combattant de 6pi 7po.

La réalité l’a frappé de plein fouet lors des deuxième et troisième rounds. Le combat avait toutefois commencé sur une bonne note, en rapidité.

«Ç’a été une gifle au visage parce que ce n’est plus sensé survenir à mon niveau. Tu dois arriver à trouver ton équilibre, admet-il. Mon corps m’a fait un doigt d’honneur parce que je l’avais trop entraîné.»

Bernier tentera d’adapter son entraînement d’ici son prochain affrontement face à Barrière. Il a entre autres discuté du sujet avec un de ses entraîneurs, Stéphane Larouche.

D’ici là, il ne sera pas amer outre mesure.

«Ça ne met pas un baume sur la plaie des championnats canadiens, parce que c’est moi qui le méritait. Mais c’est la vie. Et j’ai autre chose que la boxe dans la vie.»

Une décision critiquée

Lors de la demi-finale des Championnats canadiens à Edmonton, en avril, la décision partagée des juges en faveur de Barrière n’aurait pas fait l’unanimité dans la salle, selon le boxeur de 24 ans.

«Je pensais l’avoir battu deux rounds sur trois, mais lorsque j’ai constaté la réaction dans la foule et que j’ai recueilli des commentaires, j’ai réalisé que les gens pensaient vraiment que je l’avais battu à tous les rounds», affirme le pugiliste.

«Même la Fédération québécoise de boxe n’était vraiment pas satisfaite du résultat, avance Bernier. Après le combat, Alexis m’a dit: “Christophe, c’est toi qui l’a gagné ce combat-là.” Malheureusement, l’histoire est écrite par ceux qui gagnent.»

Insatisfait de la décision, Christophe Bernier a décidé de demeurer dans cette catégorie une année de plus avant de faire ses débuts en boxe professionnelle.

«J’ai gardé un goût amer de la compétition. On a donc décidé de rester dans le circuit pour rebattre le champion et tenter notre chance pour Tokyo en 2020», indique Bernier.

«L’important pour moi, c’est de rester actif et d’avoir de nouveaux défis. Et le moyen d’en avoir de nouveaux est d’être sur cette équipe nationale. Donc, je veux sa place», ajoute-t-il.

Selon les explications du boxeur, ce combat revanche ne mettait «rien en jeu». «C’est ce qui arrive avec la boxe amateur, affirme-t-il. Tu n’as besoin que de gagner les Championnats canadiens une fois par année et tu es sûr d’être sur l’équipe nationale pendant un an.»

Alexis Barrière ne risquait donc pas son titre advenant une victoire de Bernier.

Commenter cet article

avatar