Antoine Assaf accuse le maire de «diluer» le vote dans son district

Antoine Assaf accuse le maire de «diluer» le vote dans son district

La carte électorale proposée rajoute 1348 électeurs au district représenté par Antoine Assaf (zone hachurée)

Seul conseiller d’opposition à Brossard, Antoine Assaf digère mal le fait de recevoir 1348 électeurs de plus dans son district, dans le cadre d’un projet de redécoupage de la carte électorale municipale. Le maire rétorque que la manœuvre est faite en prévision des projets résidentiels qui verront le jour dans les districts avoisinants.

Une loi provinciale établit les seuils minimum et maximum d’électeurs par district électoral. Pour Brossard, le nombre d’électeurs dans un district peut ainsi varier entre 5242 et 7092.

Si la carte électorale demeure inchangée, le district 10 se trouvera en deçà du seuil minimum, selon la Ville. Mais, en plus de ramener ce secteur à un seuil acceptable, le redécoupage proposé fera passer 1348 électeurs du district 8 au district 7 représenté par Antoine Assaf, gonflant le total de près de 25% pour atteindre 6754 électeurs.

Aucun autre district ne connaît une augmentation aussi importante. Même dans le district 10, l’augmentation n’est que de 14%, pour un total de 5516 électeurs.

«C’est clair qu’ils essaient de diluer le vote dans mon district. C’est du dumping électoral», peste l’élu.

M. Assaf songe à s’adresser au DGEQ pour voir si le redécoupage proposé est légal.

Prévoir le développement

Selon le maire Paul Leduc, le redécoupage proposé tient en compte les projets de développement résidentiel dans le district 8 et ailleurs.

«Du côté ouest du boul. Taschereau, notamment dans le district de M. Assaf, c’est complet. Il n’y aura pas de nouveaux développements dans les années à venir. Mais du côté est, y compris le district 8, il y a plusieurs projets. Il faut laisser une marge pour pouvoir accueillir ces nouveaux électeurs», affirme le maire.

Le district 8 comprend notamment des terrains vierges derrière le secteur industriel du boul. Matte, alors que le district de M. Assaf est presque complètement développé.

La carte proposée permettrait également de réunir l’ensemble du secteur R dans le district 7, une demande de longue date de M. Assaf.

Pas la première fois

MM. Assaf et Leduc se sont déjà affrontés par le passé sur la question des limites des districts électoraux. En 2012, lors de la dernière révision de la carte électorale, le redécoupage proposé faisait carrément disparaître le district de M. Assaf en le divisant en trois.

Le conseiller d’opposition avait alors déposé une pétition de 400 signatures pour bloquer l’adoption de la carte électorale proposée. L’affaire s’était rendue devant le DGEQ, qui avait finalement tranché en faveur de M. Assaf.

Commenter cet article

avatar