Ancienne épicerie sur Milan: la Ville émet plusieurs constats d’infraction

Ancienne épicerie sur Milan: la Ville émet plusieurs constats d’infraction

Doreen Assaad a affirmé que l’objectif ultime de la Ville est qu’un projet s’établisse sur le terrain de l’ancienne épicerie du boul. Milan.

Crédit photo : Archives - Le Brossard Éclair

L’été dernier, les citoyens du secteur B entrevoyaient une lueur d’espoir lorsqu’un nouveau projet de complexe résidentiel en remplacement de l’ancienne épicerie du boul. Milan leur avait été présenté.

En entrevue au Brossard Éclair, le promoteur Richard Lieberman affirmait alors que «la mise en chantier pourrait se faire au printemps 2018».

Plusieurs mois plus tard, rien ne laisse croire aux citoyens que le projet ira de l’avant. Le résident du secteur Yves St-Onge s’est d’ailleurs présenté plus d’une fois aux séances du conseil municipal de Brossard pour faire part aux élus de son mécontentement. Il estime que les lieux devraient être sécurisés, étant donné «les nombreux déchets qui sont déposés sur le terrain, que plusieurs trous d’homme ne sont pas sécuritaires et que les portes du bâtiment sont ouvertes, facilitant les allées et venues».

«Qui est le propriétaire de cette bâtisse? a demandé M. St-Onge lors de l’assemblée du 3 juillet. Pourquoi, l’année dernière, il nous a fait un show de boucane pour nous faire choisir ce que nous aimerions comme bâtiment? Qu’est-ce qu’il attend? Il attend que le feu prenne et qu’il se fasse payer? Nous demandons seulement que ce soit nettoyé et sécurisé pour les enfants.»

En réponse au citoyen, la mairesse Doreen Assaad lui a précisé qu’il avait «raison de dire qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas» dans ce dossier.

Elle a ajouté que deux inspections ont été réalisées par la Ville, soit le 12 et le 29 juin. Le propriétaire de l’immeuble a reçu trois constats d’infraction de 1000$ chacun, puis trois autres lors de la deuxième inspection.

«Ils ont constaté que la situation ne s’est pas améliorée. Ce que je peux vous dire, c’est que le propriétaire est sous le radar de l’administration, a affirmé Mme Assaad. Ça va continuer jusqu’à ce qu’il corrige les infractions et que ce soit sécuritaire et propre. Il y a une réglementation et il va devoir la respecter.»

La mairesse a d’ailleurs précisé que l’objectif ultime de la Ville est de ne pas avoir de terrain vacant à cet emplacement.

«Mais ce n’est pas dans nos mains, c’est leur décision d’aller de l’avant ou non avec un projet», a-t-elle conclu.

Commenter cet article

avatar