Justine Brasseur vise un podium qui l'enverrait aux Mondiaux juniors

Championnats canadiens de patinage artistique

Pierre Loiselle cds.redaction@tc.tc Publié le 15 janvier 2016

Si Mathieu Ostiguy et Justine Brasseur remportent l'or à Halifax, ils passeront automatiquement chez les seniors pour les Nationaux de 2017, tel que le prévoit les règles à Patinage Canada

©Photo: Gracieuseté - Danielle Earl Photography

COMPÉTITION. La Brossardoise de 14 ans Justine Brasseur, classée dans la catégorie 13 ans à Patinage Canada, peut-elle participer aux Championnats du monde de patinage artistique junior en couple à un si jeune âge?

La réponse est oui, et malgré l'ampleur du défi, ses chances sont excellentes. Elle tentera de réaliser ce rêve la semaine prochaine aux Championnats canadiens de patinage artistique à Halifax, en Nouvelle-Écosse. Dans la catégorie couple junior, elle sera en action mardi (programme court) et mercredi (programme libre), avec son partenaire de 18 ans Mathieu Ostiguy, contre dix autres couples finalistes. Les trois qui monteront sur le podium auront leur laissez-passer pour les Mondiaux juniors 2016 qui seront présentés en Hongrie du 14 au 20 mars.

Brasseur et Ostiguy se connaissaient depuis longtemps avant de commencer à patiner ensemble en mai 2014 et ils font une véritable ascension vers le sommet depuis leurs débuts. Tous deux excellents patineurs en solo, ils ont gagné l'or en couple novice aux Nationaux de janvier 2015 – Justine avait aussi gagné le bronze en solo novice. Ils ont ensuite fait leurs premiers pas sur la scène internationale junior, obtenant des 6e et 5e places aux Grands Prix junior en Lettonie et en Autriche à l’automne. Puis, au Défi de l'Est du Canada, en décembre, ils ont obtenu la médaille d'argent malgré des erreurs coûteuses et une performance en bas de leurs attentes contre les mêmes couples qu'ils affronteront à Halifax.

Un deuxième triple saut lancé

Justine, influencée par sa tante Isabelle, double médaillée olympique avec Lloyd Eisler en 1992 et 1994, sait que c'est sur la patinoire que le tout se jouera.

«Le podium, personne ne nous le donnera, lance d’entrée de jeu Justine. Nous serons au moins cinq équipes à viser le même but. Nous travaillons très fort pour atteindre notre objectif. Nous voulions nous présenter à Halifax avec plus de portées de niveau 4 [les plus complexes] et un deuxième triple saut lancé. Deux semaines avant les Nationaux, nous arrivions à faire le triple saut lancé <@Ri>loop<@$p>. Nous le faisons désormais régulièrement en entraînement, mais le défi est de l'intégrer à la fin de notre routine de programme libre, alors que les jambes sont plus lourdes. Nous visons la régularité avant Halifax.»

Deux décisions déchirantes

Justine a fait un choix nécessaire pour la présente saison, soit de laisser sa carrière solo en suspens.

«Une première année junior, des compétitions internationales pour la première fois et des Mondiaux possible; avec le solo, ç’aurait été trop. Je pourrais tenter de faire les deux l'an prochain, mais quand je serai senior, ça ne sera probablement plus possible. Mes décisions ne sont pas prises définitivement, mais mon avenir semble se jouer en couple, surtout que j'ai une belle chimie avec Mathieu.»

C'est aussi pour une question de chimie qu'ils ont fait le choix de changer d'entraîneur, délaissant la réputée Josée Picard.

«Josée me connaissait depuis 10 ans. Elle m'a beaucoup appris. C'est une décision difficile, mais qu'il faut assumer. Nous avons maintenant un quatuor d'entraîneurs, Julie et Bruno Marcotte ainsi que Richard Gauthier et Sylvie Fullum. La complicité s'est vite installée et nous progressons très bien», soutient Justine.

En manchette

La Rive-Sud sacrée championne par points et par médailles

RÉSULTATS. Jeux de grandes premières pour la Rive-Sud à la Finale de Montréal. Non seulement la région a été celle qui a récolté le plus de médailles de cette 51e Finale des Jeux du Québec, 99, soit 4 de plus que la Capitale-Nationale et 8 de plus que Lac St-Louis, elle a aussi remporté le titre de championne au classement des points avec 276,5, devant la Capitale-Nationale (237) et Lac St-Louis (213).

Basketball masculin: les garçons ratent le doublé contre Montréal

ARGENT. La finale tant attendue entre la Rive-Sud et Montréal pour l'or en basketball masculin a donné lieu à un duel enlevant devant des gradins remplis, au complexe Pierre-Charbonneau de Montréal, mais la fin a été amère pour l’équipe de la banlieue, qui s’est inclinée 42 à 35, se contentant de l'argent contrairement aux filles de la Rive-Sud, victorieuses une heure plus tôt.

Justine Brasseur vise un podium qui l'enverrait aux Mondiaux juniors

Championnats canadiens de patinage artistique

Pierre Loiselle cds.redaction@tc.tc Publié le 15 janvier 2016

Si Mathieu Ostiguy et Justine Brasseur remportent l'or à Halifax, ils passeront automatiquement chez les seniors pour les Nationaux de 2017, tel que le prévoit les règles à Patinage Canada

©Photo: Gracieuseté - Danielle Earl Photography


COMPÉTITION. La Brossardoise de 14 ans Justine Brasseur, classée dans la catégorie 13 ans à Patinage Canada, peut-elle participer aux Championnats du monde de patinage artistique junior en couple à un si jeune âge?

La réponse est oui, et malgré l'ampleur du défi, ses chances sont excellentes. Elle tentera de réaliser ce rêve la semaine prochaine aux Championnats canadiens de patinage artistique à Halifax, en Nouvelle-Écosse. Dans la catégorie couple junior, elle sera en action mardi (programme court) et mercredi (programme libre), avec son partenaire de 18 ans Mathieu Ostiguy, contre dix autres couples finalistes. Les trois qui monteront sur le podium auront leur laissez-passer pour les Mondiaux juniors 2016 qui seront présentés en Hongrie du 14 au 20 mars.

Brasseur et Ostiguy se connaissaient depuis longtemps avant de commencer à patiner ensemble en mai 2014 et ils font une véritable ascension vers le sommet depuis leurs débuts. Tous deux excellents patineurs en solo, ils ont gagné l'or en couple novice aux Nationaux de janvier 2015 – Justine avait aussi gagné le bronze en solo novice. Ils ont ensuite fait leurs premiers pas sur la scène internationale junior, obtenant des 6e et 5e places aux Grands Prix junior en Lettonie et en Autriche à l’automne. Puis, au Défi de l'Est du Canada, en décembre, ils ont obtenu la médaille d'argent malgré des erreurs coûteuses et une performance en bas de leurs attentes contre les mêmes couples qu'ils affronteront à Halifax.

Un deuxième triple saut lancé

Justine, influencée par sa tante Isabelle, double médaillée olympique avec Lloyd Eisler en 1992 et 1994, sait que c'est sur la patinoire que le tout se jouera.

«Le podium, personne ne nous le donnera, lance d’entrée de jeu Justine. Nous serons au moins cinq équipes à viser le même but. Nous travaillons très fort pour atteindre notre objectif. Nous voulions nous présenter à Halifax avec plus de portées de niveau 4 [les plus complexes] et un deuxième triple saut lancé. Deux semaines avant les Nationaux, nous arrivions à faire le triple saut lancé <@Ri>loop<@$p>. Nous le faisons désormais régulièrement en entraînement, mais le défi est de l'intégrer à la fin de notre routine de programme libre, alors que les jambes sont plus lourdes. Nous visons la régularité avant Halifax.»

Deux décisions déchirantes

Justine a fait un choix nécessaire pour la présente saison, soit de laisser sa carrière solo en suspens.

«Une première année junior, des compétitions internationales pour la première fois et des Mondiaux possible; avec le solo, ç’aurait été trop. Je pourrais tenter de faire les deux l'an prochain, mais quand je serai senior, ça ne sera probablement plus possible. Mes décisions ne sont pas prises définitivement, mais mon avenir semble se jouer en couple, surtout que j'ai une belle chimie avec Mathieu.»

C'est aussi pour une question de chimie qu'ils ont fait le choix de changer d'entraîneur, délaissant la réputée Josée Picard.

«Josée me connaissait depuis 10 ans. Elle m'a beaucoup appris. C'est une décision difficile, mais qu'il faut assumer. Nous avons maintenant un quatuor d'entraîneurs, Julie et Bruno Marcotte ainsi que Richard Gauthier et Sylvie Fullum. La complicité s'est vite installée et nous progressons très bien», soutient Justine.