Sortie élégante et réussie pour Patrice Bernier

Sortie élégante et réussie pour Patrice Bernier

Patrice Bernier après son but sur un tir de pénalité, à son dernier match avec l’Impact .

Crédit photo : Photo: Denis Germain - Brossard Éclair

Patrice Bernier ne sautera plus sur le terrain lors des prochains matchs de l’Impact de Montréal en 2018, mais tous se souviendront du 22 octobre 2017, soirée de sa sortie élégante et sobre, à son image et celle de sa famille.

Peu importe que son équipe ait perdu son dernier match de la saison 3 à 2 contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre. Bernier a donné le moment d’émotion que tous souhaitaient, à la 45e minute: un but du bon côté du stade Saputo, celui où est installé la cloche qui résonne quand l’Impact marque.

Appelé à effectuer un tir de pénalité à la suite d’une faute de main de l’adversaire, le natif de Brossard y est allé d’une feinte efficace et a marqué, sous le regard de ses parents Jean et Gladys, qui ont fait sonner la cloche. Ses coéquipiers lui ont laissé le temps de saluer ses proches avant de l’entourer. Une scène qui restera marquée dans la mémoire de bien des fans du onze montréalais.

Un but hollywoodien

Interviewé par le Brossard Éclair après la pause de la demie, le père de Patrice, Jean Bernier, était souriant et ému. Il avait peu de mots pour décrire ce qu’il vivait.

«Un scénario à la Hollywood! Nous apprécions le match sans penser que Patrice pouvait compter, mais ç’a été un moment magique. Nous vivons de grosses émotions.»

Autre moment magique à la 82e minute de jeu. Après une dernière chance de marquer où son tir a été stoppé par le gardien, le #8 a été appelé à quitter le terrain, comme il s’y était entendu avec l’entraîneur Mauro Biello. Tous ses coéquipiers ainsi que des joueurs adverses ont serré dans leurs bras celui qui quittait le terrain les larmes aux yeux.

La fin du match a été celle qu’il fallait. Le titre de joueur du match a été décerné à Bernier qui, micro à la main, a salué les partisans une dernière fois à titre de joueur.

«Ce fut une belle aventure, je vous remercie, ainsi que mes coéquipiers, pour tout l’amour que j’ai reçu. Pour moi, c’est un au revoir, mais nous nous reverrons. Ce fut une saison difficile mais l’Impact reviendra encore plus fort avec votre soutien», a t-il dit, soulevant la foule avant un long tour de terrain accompagné de ses coéquipiers.

Les cérémonies avant la rencontre avaient été aussi celles de l’élégance et de la sobriété. Bernier s’est présenté avec ses filles, Sofia Jade et Mia Victoria. Le président de l’Impact Joey Saputo, la femme de Bernier Mélisa Barile et leur troisième enfant, de même que les parents de Bernier, Jean et Gladys, les ont rejoints sur le terrain après les hymnes nationaux.

Un grand vendeur pour le soccer

En salle de presse après le match, la première question était incontournable: quelles émotions l’habitaient lors de cette dernière sortie?

«Je suis triste que ce soit fini. Je fais ça depuis que je suis tout petit, mais j’ai eu la chance de finir chez moi. Je tourne la page, je suis content», a-t-il lancé simplement.

Sur son tir de pénalité, il a douté un peu.

«Habituellement, je suis très calme, mais je me souvenais avoir raté ma dernière tentative contre Vancouver et je me suis mis à penser à plein de choses, dont à mes parents, juste derrière le but. Mais j’ai pris une bonne respiration, j’ai repris ma concentration et ç’a marché.»

«Toute ma carrière, j’ai tenté de performer et de vendre le soccer et l’Impact. Chaque fois qu’un jeune se joindra à l’Impact où à un club professionnel, je serai fier», conclut-il.

 Les gradués du FC Sélect

 

Patrice Bernier est devenu dimanche le quatrième de cinq anciens joueurs locaux du FC Sélect Rive-Sud ayant gradué chez les professionnels à prendre sa retraite. Gabriel Gervais et Félix Brillant, de Brossard, de même que Patrick Leduc, de l’arr. de Saint-Hubert, ont tous joué pour l’Impact avant lui. Seul le Brossardois Olivier Occéan joue toujours au soccer professionnel, en Norvège.

Leduc, analyste aux matchs de l’Impact, avait quelques bons mots pour Bernier.

«Ça fait longtemps que j’ai pris ma retraite et que je suis passé à autre chose, mais je suis remué par le départ de Patrice. Il a joué si longtemps, à un si haut niveau. Je me considère privilégié d’avoir joué avec lui.»

Dans le vestiaire, l’un des successeurs de Bernier, le gardien de Candiac Maxime Crépeau, voyait lui aussi partir un grand.

«Patrice est une bonne personne, un rassembleur, toujours positif. Tous les joueurs comme moi voudrons marcher dans la même direction que lui.»

 Que lui réserve l’avenir ?

Patrice Bernier sait qu’il restera dans l’organisation de l’Impact l’an prochain.

«Le tout avait été négocié avant la signature de son dernier contrat, indiquait son père au <@Ri>Brossard Éclair<@$p> la semaine dernière. Il pourrait diriger l’équipe de 18 ans, avoir un poste de relations publiques ou autres. On l’apprendra sûrement bientôt.»