Sections

Octroi de contrat à Brossard pour le service de transport social Netlift

Publié le 10 mai 2017

Je ne peux appuyer le budget de 547 000$ qui vient d’être accordé au projet pilote de covoiturage de Netlift par la Ville de Brossard. Ce projet a été accepté à cause de la majorité du parti du maire Paul Leduc.

D’après les informations données, le projet en question pourrait rejoindre 700 personnes, ce qui fait une moyenne de 781,43$ par personne. C’est très cher.

Le service de transport collectif sur la Rive-Sud fonctionne bien. On pourrait faire plus de publicité pour la passe pour les gens de 65 ans et plus qui permet de voyager gratuitement hors des heures d’affluence.

Le circuit 90 – Stationnement Chevrier est très utilisé et donne un excellent service. Même en soirée, les autobus sont remplis. Le circuit 45 à la station Panama est encore plus utilisé, à cause de son emplacement et des correspondances de circuits. Je ne sais pas quand Alexandre Plante prend l’autobus, mais mon expérience est très positive pour le réseau de la Rive-Sud.

Je suis surprise que le parti de M. Leduc fasse référence à Mexico, une ville de 20 millions d’habitants, pour justifier son projet. Lorsqu’on visite cette ville, il est fortement suggéré d’utiliser tous les transports excepté le métro et le transport en commun à cause de la sécurité. Je ne crois pas que l’on ait ce genre de problème à Brossard, Longueuil, Saint-Hubert, Saint-Bruno, Boucherville, etc.

Une analyse de faisabilité ne coûte pas un demi-million. Tout au plus, cela devrait coûter 10% du montant prévu de l’aide qui pourrait être accordée. Donc, pas plus de 50 000$

Le contrat a été accordé à Netlift de gré à gré car aucune autre entreprise n’a répondu à l’appel d’offres. Il n’y a pas de comparatif disponible, d’où l’importance de faire une analyse de faisabilité et de trouver des solutions alternatives.

Comme le transport en commun est une activité régionale pour les villes de la Rive-Sud, pour quelle raison l’Agence métropolitaine de transport (AMT) ne fait-elle pas ce genre d’études de faisabilité? Si l’AMT ne juge pas ce projet important ou prioritaire, il faut se poser des questions.

Un simple sondage permettrait d’identifier les besoins réels et de déterminer un coût réel. Ce sondage devrait être effectué par l’AMT, comme elle le fait régulièrement, mais certainement pas assumé par les citoyens de Brossard.

Eugénie-Germaine Boismenu