Pierre Moreau gravement malade

Publié le 23 février 2016

Pierre Moreau.

©La Presse Canadienne

QUÉBEC. Le ministre Pierre Moreau ayant appris lundi qu'il était gravement malade, le premier ministre Philippe Couillard a dû procéder, en catastrophe, à un remaniement de son équipe, le deuxième en moins d'un mois. Au total, cinq ministres voient leurs fonctions modifiées.

Le premier visé, Pierre Moreau, quitte le ministère de l'Éducation pour devenir ministre délégué aux Finances, ce qui lui assure de conserver une place au conseil des ministres, tout en lui laissant tout le temps requis pour subir les traitements médicaux requis par son état au cours des prochains mois.

Ses symptômes semblent annoncer un diagnostic de néoplasie, soit une multiplication des cellules indiquant une tumeur pouvant être cancéreuse. Il a subi dernièrement des biopsies et les résultats devraient permettre de confirmer le diagnostic.

«Il est gravement malade», a confirmé le premier ministre Couillard, en point de presse, en marge de l'assermentation des ministres touchés par le remaniement, en adoptant un ton grave et solennel.

Le ministre de la Famille, fraîchement élu député et ministre junior, Sébastien Proulx, conserve ses fonctions et devra assumer en plus la charge de l'imposant ministère de l'Éducation, le plus important après la Santé.

Il devient le quatrième ministre de l'Éducation du gouvernement en 20 mois et devra donc piloter la réforme en cours de la gouvernance scolaire, avec le controversé projet de loi 86, tout en gérant les importantes transformations et les compressions budgétaires qui frappent le réseau des services de garde.

Le premier ministre ne juge pas que sa tâche sera trop lourde, et ne croit pas que ces deux missions importantes de l'État – les services de garde et l'éducation – devront se contenter d'un ministre à temps partiel.

«Au contraire, j'envoie le message que c'est capital», selon M. Couillard, qui y voit un geste logique de «continuité», de la garderie à l'école secondaire.

M. Proulx sera au moins soulagé de l'Enseignement supérieur (cégeps et universités) qui sera désormais sous la responsabilité d'Hélène David, une ancienne gestionnaire issue du milieu universitaire. Sur le plan des structures, le ministère n'est cependant pas scindé.

Mme David quitte donc la Culture, qui sera à compter de maintenant aux mains d'un autre ministre junior, Luc Fortin, jeune député de Sherbrooke qui venait tout juste d'accéder au cabinet pour s'occuper du Loisir et des Sports. Il connaît bien le domaine puisqu'il était auparavant l'adjoint parlementaire de Mme David. Il sera aussi responsable de l'application de la Charte de la langue française.

Enfin, la ministre responsable de la Protection de la jeunesse, Lucie Charlebois, conserve ses fonctions, mais devient aussi responsable de la région de la Montérégie.

Le premier ministre, qui en est à son deuxième remaniement d'importance en moins de deux ans à la tête du gouvernement, a dit souhaiter donner une certaine "stabilité" à son gouvernement.

«Les nominations que je fais aujourd'hui sont des nominations qui dépassent le court terme, et certainement même le moyen terme», a-t-il dit, alors que son gouvernement approche de la mi-mandat.

Chose certaine, Pierre Moreau sera absent «pour une durée probablement prolongée», a indiqué le premier ministre.

Un des poids lourds du gouvernement, l'ex-ministre des Affaires municipales et de la Sécurité publique avait subi un malaise le jour même de son assermentation le 28 janvier comme ministre de l'Éducation. Il avait dû être assermenté d'urgence, dans l'antichambre du Salon rouge, avant d'être transporté en ambulance à l'hôpital.

Une batterie de tests n'avait pas permis d'identifier clairement la source du problème, qu'on imaginait d'origine virale.

M. Moreau n'est revenu au travail que quelques jours, la semaine dernière, visiblement amaigri après quelques semaines de repos et une batterie de tests médicaux.

La Presse Canadienne

En manchette

Pont Champlain: le transport des matériaux plus coûteux

TRANSPORTS. L’état des routes ainsi que la réglementation québécoise force le consortium responsable de la construction du nouveau pont Champlain, Signature sur le Saint-Laurent (SSL), à revoir sa stratégie de transport des matériaux. Du coup, la facture sera plus élevée, mais on ignore encore le montant exact.

Les contraintes gouvernementales et la météo ralentissent les progrès

TRANSPORTS. Le chantier du nouveau pont Champlain a subi des retards et des coûts additionnels en raison des contraintes de transport imposées par Québec et Ottawa et de la forte chaleur estivale. Selon le directeur de la coordination chez Signature sur le Saint-Laurent (SSL), Daniel Genest, l'avance prise durant l’hiver s'est amenuisée en raison de ces deux facteurs.

Pierre Moreau gravement malade

Publié le 23 février 2016

Pierre Moreau.

©La Presse Canadienne


QUÉBEC. Le ministre Pierre Moreau ayant appris lundi qu'il était gravement malade, le premier ministre Philippe Couillard a dû procéder, en catastrophe, à un remaniement de son équipe, le deuxième en moins d'un mois. Au total, cinq ministres voient leurs fonctions modifiées.

Le premier visé, Pierre Moreau, quitte le ministère de l'Éducation pour devenir ministre délégué aux Finances, ce qui lui assure de conserver une place au conseil des ministres, tout en lui laissant tout le temps requis pour subir les traitements médicaux requis par son état au cours des prochains mois.

Ses symptômes semblent annoncer un diagnostic de néoplasie, soit une multiplication des cellules indiquant une tumeur pouvant être cancéreuse. Il a subi dernièrement des biopsies et les résultats devraient permettre de confirmer le diagnostic.

«Il est gravement malade», a confirmé le premier ministre Couillard, en point de presse, en marge de l'assermentation des ministres touchés par le remaniement, en adoptant un ton grave et solennel.

Le ministre de la Famille, fraîchement élu député et ministre junior, Sébastien Proulx, conserve ses fonctions et devra assumer en plus la charge de l'imposant ministère de l'Éducation, le plus important après la Santé.

Il devient le quatrième ministre de l'Éducation du gouvernement en 20 mois et devra donc piloter la réforme en cours de la gouvernance scolaire, avec le controversé projet de loi 86, tout en gérant les importantes transformations et les compressions budgétaires qui frappent le réseau des services de garde.

Le premier ministre ne juge pas que sa tâche sera trop lourde, et ne croit pas que ces deux missions importantes de l'État – les services de garde et l'éducation – devront se contenter d'un ministre à temps partiel.

«Au contraire, j'envoie le message que c'est capital», selon M. Couillard, qui y voit un geste logique de «continuité», de la garderie à l'école secondaire.

M. Proulx sera au moins soulagé de l'Enseignement supérieur (cégeps et universités) qui sera désormais sous la responsabilité d'Hélène David, une ancienne gestionnaire issue du milieu universitaire. Sur le plan des structures, le ministère n'est cependant pas scindé.

Mme David quitte donc la Culture, qui sera à compter de maintenant aux mains d'un autre ministre junior, Luc Fortin, jeune député de Sherbrooke qui venait tout juste d'accéder au cabinet pour s'occuper du Loisir et des Sports. Il connaît bien le domaine puisqu'il était auparavant l'adjoint parlementaire de Mme David. Il sera aussi responsable de l'application de la Charte de la langue française.

Enfin, la ministre responsable de la Protection de la jeunesse, Lucie Charlebois, conserve ses fonctions, mais devient aussi responsable de la région de la Montérégie.

Le premier ministre, qui en est à son deuxième remaniement d'importance en moins de deux ans à la tête du gouvernement, a dit souhaiter donner une certaine "stabilité" à son gouvernement.

«Les nominations que je fais aujourd'hui sont des nominations qui dépassent le court terme, et certainement même le moyen terme», a-t-il dit, alors que son gouvernement approche de la mi-mandat.

Chose certaine, Pierre Moreau sera absent «pour une durée probablement prolongée», a indiqué le premier ministre.

Un des poids lourds du gouvernement, l'ex-ministre des Affaires municipales et de la Sécurité publique avait subi un malaise le jour même de son assermentation le 28 janvier comme ministre de l'Éducation. Il avait dû être assermenté d'urgence, dans l'antichambre du Salon rouge, avant d'être transporté en ambulance à l'hôpital.

Une batterie de tests n'avait pas permis d'identifier clairement la source du problème, qu'on imaginait d'origine virale.

M. Moreau n'est revenu au travail que quelques jours, la semaine dernière, visiblement amaigri après quelques semaines de repos et une batterie de tests médicaux.

La Presse Canadienne