Les déficits de 10 G$, un «objectif», dit Trudeau

Publié le 9 décembre 2015

Justin Trudeau n'a pas voulu réitérer ce qu'il avait mis de l'avant pendant la campagne électorale, soit que le montant annuel des déficits en question serait de 10 milliards $.

©La Presse Canadienne

OTTAWA. L'engagement de limiter à 10 milliards $ le montant des déficits pour chacune des deux prochaines années financières est désormais présenté comme un «objectif» par Justin Trudeau.

En conférence de presse à Ottawa, mercredi, le premier ministre a réaffirmé sa promesse de renouer avec l'équilibre budgétaire en 2019-2020, mais pas celle de plafonner le montant des déficits annuels à 10 milliards $.

Il a insisté sur le fait que ces déficits devaient être perçus comme des investissements pour stimuler la croissance économique, qui a été anémique sous le précédent gouvernement conservateur.

M. Trudeau n'a pas voulu réitérer ce qu'il avait mis de l'avant pendant la campagne électorale, soit que le montant annuel des déficits en question serait de 10 milliards $, disant que l'avenir nous dira si «on va pouvoir tenir à ce niveau-là».

Les libéraux ont conçu leur plateforme économique en se basant sur le montant de 10 milliards, mais le premier ministre Trudeau a refusé de parler d'un engagement brisé, mercredi, lorsque la question lui a été posée.

Les propos de M. Trudeau surviennent deux jours après que son ministre des Finances, Bill Morneau, eut reconnu que les revenus générés par la hausse d'impôt pour les plus riches ne suffiront pas à financer entièrement la baisse du taux d'imposition pour la classe moyenne.

Cette refonte du régime fiscal des particuliers, qui entrera en vigueur dès le 1er janvier 2016, coûtera 1,2 milliard $ au trésor public en 2016-2017, a spécifié lundi le ministre Morneau.

La Presse Canadienne

En manchette

Les prouesses de Gonsalves ont aidé à envoyer un québécois à Rio

HALTÉROPHILIE. Lors des Championnats panaméricains d'haltérophilie, tenus du 5 au 12 juin à Carthagène, en Colombie, il était prévisible que l'équipe féminine canadienne réussisse à obtenir une place pour les Jeux olympiques de Rio et que ce billet irait à la meilleure haltérophile au Canada, Marie-Ève Beauchemin-Nadeau, du club Fortius de Brossard. Ce fut fait, sans surprise.

Les déficits de 10 G$, un «objectif», dit Trudeau

Publié le 9 décembre 2015

Justin Trudeau n'a pas voulu réitérer ce qu'il avait mis de l'avant pendant la campagne électorale, soit que le montant annuel des déficits en question serait de 10 milliards $.

©La Presse Canadienne


OTTAWA. L'engagement de limiter à 10 milliards $ le montant des déficits pour chacune des deux prochaines années financières est désormais présenté comme un «objectif» par Justin Trudeau.

En conférence de presse à Ottawa, mercredi, le premier ministre a réaffirmé sa promesse de renouer avec l'équilibre budgétaire en 2019-2020, mais pas celle de plafonner le montant des déficits annuels à 10 milliards $.

Il a insisté sur le fait que ces déficits devaient être perçus comme des investissements pour stimuler la croissance économique, qui a été anémique sous le précédent gouvernement conservateur.

M. Trudeau n'a pas voulu réitérer ce qu'il avait mis de l'avant pendant la campagne électorale, soit que le montant annuel des déficits en question serait de 10 milliards $, disant que l'avenir nous dira si «on va pouvoir tenir à ce niveau-là».

Les libéraux ont conçu leur plateforme économique en se basant sur le montant de 10 milliards, mais le premier ministre Trudeau a refusé de parler d'un engagement brisé, mercredi, lorsque la question lui a été posée.

Les propos de M. Trudeau surviennent deux jours après que son ministre des Finances, Bill Morneau, eut reconnu que les revenus générés par la hausse d'impôt pour les plus riches ne suffiront pas à financer entièrement la baisse du taux d'imposition pour la classe moyenne.

Cette refonte du régime fiscal des particuliers, qui entrera en vigueur dès le 1er janvier 2016, coûtera 1,2 milliard $ au trésor public en 2016-2017, a spécifié lundi le ministre Morneau.

La Presse Canadienne