Baisse d'impôts: les libéraux vont de l'avant

Publié le 8 décembre 2015

Le ministre des Finances, Bill Morneau.

©La Presse Canadienne

OTTAWA. Le gouvernement libéral a déposé lundi une motion de voies et moyens visant à concrétiser sa promesse de réduire le fardeau fiscal de la classe moyenne tout en haussant celui des plus fortunés.

Les libéraux ont promis en campagne électorale de faire passer de 22 à 20,5% le taux du deuxième palier d’imposition des Canadiens et de créer une nouvelle tranche d’imposition de 33% pour ceux dont le revenu dépasse 200 000$.

Contrairement à ce que les libéraux avaient promis, les revenus générés par la hausse d'impôts pour les plus riches ne suffiront pas à financer entièrement la baisse du taux d'imposition pour la classe moyenne.

Les réductions d'impôts pour les contribuables dont le revenu annuel se situe entre 45 000$ et 90 000$ coûteront 1,2 milliard $ au trésor public en 2016-2017, selon les calculs du ministère des Finances.

La faiblesse de la croissance économique, plus marquée que prévu, a forcé les libéraux à revoir leurs projections, a justifié en conférence de presse le ministre des Finances, Bill Morneau (photo).

Pour une personne seule touchant un salaire annuel entre 45 000$ et 90 000$, l'allègement fiscal moyen se chiffrera à environ 330$ par année. Un couple dont le revenu annuel combiné se situe dans la même fourchette aura droit à environ 540$ par année.

La motion de voies et moyens contient également des dispositions visant à ramener le plafond de cotisation annuel à un compte d'épargne libre d'impôts (CELI) de 10 000$ à 5500$, ce que les libéraux s'étaient engagés à faire.

Les nouvelles mesures fiscales entreront en vigueur dès le 1er janvier 2016. Le plafond de cotisation annuel de 10 000$ à un CELI pour 2015 est maintenu.

Le projet de loi contenant ces dispositions, qui doit être déposé en Chambre mercredi, se butera vraisemblablement à l'opposition des conservateurs et des néo-démocrates.

La chef intérimaire du Parti conservateur, Rona Ambrose, l'a critiqué lors de son allocution en réaction au discours du Trône qui a été livré vendredi dernier.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, a pour sa part regretté qu'environ 70% des Canadiens, selon lui, ne toucheraient pas un sou avec ces mesures fiscales.

La Presse Canadienne

Baisse d'impôts: les libéraux vont de l'avant

Publié le 8 décembre 2015

Le ministre des Finances, Bill Morneau.

©La Presse Canadienne


OTTAWA. Le gouvernement libéral a déposé lundi une motion de voies et moyens visant à concrétiser sa promesse de réduire le fardeau fiscal de la classe moyenne tout en haussant celui des plus fortunés.

Les libéraux ont promis en campagne électorale de faire passer de 22 à 20,5% le taux du deuxième palier d’imposition des Canadiens et de créer une nouvelle tranche d’imposition de 33% pour ceux dont le revenu dépasse 200 000$.

Contrairement à ce que les libéraux avaient promis, les revenus générés par la hausse d'impôts pour les plus riches ne suffiront pas à financer entièrement la baisse du taux d'imposition pour la classe moyenne.

Les réductions d'impôts pour les contribuables dont le revenu annuel se situe entre 45 000$ et 90 000$ coûteront 1,2 milliard $ au trésor public en 2016-2017, selon les calculs du ministère des Finances.

La faiblesse de la croissance économique, plus marquée que prévu, a forcé les libéraux à revoir leurs projections, a justifié en conférence de presse le ministre des Finances, Bill Morneau (photo).

Pour une personne seule touchant un salaire annuel entre 45 000$ et 90 000$, l'allègement fiscal moyen se chiffrera à environ 330$ par année. Un couple dont le revenu annuel combiné se situe dans la même fourchette aura droit à environ 540$ par année.

La motion de voies et moyens contient également des dispositions visant à ramener le plafond de cotisation annuel à un compte d'épargne libre d'impôts (CELI) de 10 000$ à 5500$, ce que les libéraux s'étaient engagés à faire.

Les nouvelles mesures fiscales entreront en vigueur dès le 1er janvier 2016. Le plafond de cotisation annuel de 10 000$ à un CELI pour 2015 est maintenu.

Le projet de loi contenant ces dispositions, qui doit être déposé en Chambre mercredi, se butera vraisemblablement à l'opposition des conservateurs et des néo-démocrates.

La chef intérimaire du Parti conservateur, Rona Ambrose, l'a critiqué lors de son allocution en réaction au discours du Trône qui a été livré vendredi dernier.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, a pour sa part regretté qu'environ 70% des Canadiens, selon lui, ne toucheraient pas un sou avec ces mesures fiscales.

La Presse Canadienne