L’urgence de l’hôpital Pierre-Boucher occupée à 229%

L’urgence de l’hôpital Pierre-Boucher occupée à 229%

L’urgence de l’hôpital Pierre-Boucher est parmi les plus achalandées en Montérégie.

Crédit photo : Archives - Brossard Éclair

L’urgence de l’hôpital Pierre-Boucher affiche actuellement un taux d’occupation de 229%, avec 80 civières comblées sur une capacité de 35. De ce nombre, 45 patients sont à l’hôpital depuis plus de 24 heures, alors que 27 y sont depuis plus de deux jours. Depuis quelques jours, le taux d’occupation ne cesse de croître à l’hôpital.

La porte-parole du Centre intégré de santé et de service sociaux (CISSS) de la Montérégie-Est Catherine Latendresse explique qu’«historiquement, il y a toujours plus de personnes qui viennent à l’urgence juste après les Fêtes».

«Un facteur important cette année est la présence de deux virus de la grippe simultanément, précise Mme Latendresse. Le vieillissement de la population est également un facteur. Les problèmes de santé sont plus graves, les soins nécessaires plus importants, ce qui contribue à l’achalandage des urgences.»

La plupart des urgences de la Montérégie sont dans la même situation, l’hôpital du Suroît et le Centre hospitalier Anna-Laberge affichant respectivement un taux d’occupation de 250% et 229%. L’hôpital Charles-LeMoyne est quant à lui le centre hospitalier qui affiche le plus bas taux d’occupation en Montérégie depuis quelques jours. Ce matin, l’urgence était occupée à 121%.

Rappelons que la semaine dernière, en raison du taux élevé d’infections telles que la gastroentérite et l’influenza, ainsi que l’achalandage important, la direction de l’hôpital Pierre-Boucher a interdit les personnes qui accompagnent les usagers à l’urgence.

La porte-parole du CISSS rappelle que «pour les personnes en bonne santé, en cas de grippe ou de gastro-entérite, il est préférable de  rester à la maison, de se reposer et de bien s’hydrater», précisant qu’il est important de surveiller l’évolution des symptômes.

Mme Latendresse ajoute que chacun peut contribuer à empêcher la propagation des virus de la grippe et de la gastro-entérite par des mesures simples, soit «se laver fréquemment les mains à l’eau et au savon, tousser ou éternuer dans le pli du coude, ne pas partager de verres et d’ustensiles et rester à la maison en cas d’apparition de symptômes».