Réanimé après avoir fait une crise cardiaque en pelletant

Hélène Gingras helene.gingras@tc.tc Publié le 4 mars 2016

L'homme a été réanimé de justesse après avoir subi un arrêt cardiaque.

©Photo Deposit photos

SAUVETAGE. Un homme de Candiac de 83 ans doit la vie à sa femme, à une voisine et aux service d’urgence qui l’ont réanimé rapidement dans le stationnement après qu’il ait fait une crise cardiaque alors qu’il pelletait mercredi vers 12h30.

«Il donnait son dernier coup de pelle quand il est tombé à la renverse, a raconté son épouse au journal Le Reflet vendredi matin. Une chance qu’il n’était pas seul! On s’en allait faire des courses. C’était la deuxième fois qu’il sortait pour pelleter ce matin-là.»

Le couple vit au rez-de-chaussée d’un condo dans le secteur des rues qui débutent par la lettre D.

«Pour lui, c’était son exercice, a-t-elle ajouté. Il faisait le devant de la porte patio, le trottoir et une petite allée jusqu’à l’auto pour que je puisse embarquer. Il y allait à son rythme chaque fois.»

Malgré l’énervement, son épouse était prête à lui faire un massage cardiaque. Au même moment, une voisine est sortie avec son fils et s’est offerte pour le faire à sa place.

«J’ai mon cours de réanimation, mais j’étais vraiment énervée, a confié la femme de la victime. On ne sait pas comment on va réagir quand c’est un proche. Je ne pouvais pas non plus faire la réanimation et composer le 9-1-1.»

Les policiers sont arrivés sur place en moins de cinq minutes, selon elle.

«Les policiers ont fait des manœuvres de réanimation. Ils ont utilisé un défibrillateur», a rapporté François Michaud, responsable des communications à la Régie intermunicipale de police Roussillon.

«On a stabilisé la victime avant de la conduire à l’hôpital», a complété Alexandre Gervais, porte-parole de la Coopérative des techniciens ambulanciers de la Montérégie.

«Le massage cardiaque a aidé à garder de l’apport d’oxygène au cerveau, tandis que les policiers ont permis de faire repartir le cœur avec le défibrillateur », ajoute Mme Gervais.

Pas de séquelles

L’octogénaire a par la suite subi une intervention pour débloquer une artère.

«Il prend du mieux, ça se passe bien, a dit son épouse. On a même réussi à le lever dans sa chaise. Il n’est pas confus et n’a aucune séquelle au cerveau.»

Elle n’a que de bons mots pour sa voisine, les policiers et les ambulanciers et tient à les remercier publiquement.

Selon le service ambulancier, la rapidité de l’intervention de tous a permis de sauver la vie de l’homme.

En manchette

Train électrique: l’impact sur la faune, la flore et les citoyens dévoilé

TRANSPORT. Malgré des retombées positives pour la qualité de l’air, le Réseau électrique métropolitain (REM), le train électrique qui doit relier notamment l’ouest de l’île au centre-ville, dérangera les couleuvres brunes et il gênera la propagation de l’ail des bois, sans compter les citoyens et les commerces qui devront déménager. L’étude d’impact de ce projet sur l’environnement, qui a été réalisée par les firmes Hatch et Cima+, a été rendue publique jeudi. En-voici les grandes lignes.

Réanimé après avoir fait une crise cardiaque en pelletant

Hélène Gingras helene.gingras@tc.tc Publié le 4 mars 2016

L'homme a été réanimé de justesse après avoir subi un arrêt cardiaque.

©Photo Deposit photos


SAUVETAGE. Un homme de Candiac de 83 ans doit la vie à sa femme, à une voisine et aux service d’urgence qui l’ont réanimé rapidement dans le stationnement après qu’il ait fait une crise cardiaque alors qu’il pelletait mercredi vers 12h30.

«Il donnait son dernier coup de pelle quand il est tombé à la renverse, a raconté son épouse au journal Le Reflet vendredi matin. Une chance qu’il n’était pas seul! On s’en allait faire des courses. C’était la deuxième fois qu’il sortait pour pelleter ce matin-là.»

Le couple vit au rez-de-chaussée d’un condo dans le secteur des rues qui débutent par la lettre D.

«Pour lui, c’était son exercice, a-t-elle ajouté. Il faisait le devant de la porte patio, le trottoir et une petite allée jusqu’à l’auto pour que je puisse embarquer. Il y allait à son rythme chaque fois.»

Malgré l’énervement, son épouse était prête à lui faire un massage cardiaque. Au même moment, une voisine est sortie avec son fils et s’est offerte pour le faire à sa place.

«J’ai mon cours de réanimation, mais j’étais vraiment énervée, a confié la femme de la victime. On ne sait pas comment on va réagir quand c’est un proche. Je ne pouvais pas non plus faire la réanimation et composer le 9-1-1.»

Les policiers sont arrivés sur place en moins de cinq minutes, selon elle.

«Les policiers ont fait des manœuvres de réanimation. Ils ont utilisé un défibrillateur», a rapporté François Michaud, responsable des communications à la Régie intermunicipale de police Roussillon.

«On a stabilisé la victime avant de la conduire à l’hôpital», a complété Alexandre Gervais, porte-parole de la Coopérative des techniciens ambulanciers de la Montérégie.

«Le massage cardiaque a aidé à garder de l’apport d’oxygène au cerveau, tandis que les policiers ont permis de faire repartir le cœur avec le défibrillateur », ajoute Mme Gervais.

Pas de séquelles

L’octogénaire a par la suite subi une intervention pour débloquer une artère.

«Il prend du mieux, ça se passe bien, a dit son épouse. On a même réussi à le lever dans sa chaise. Il n’est pas confus et n’a aucune séquelle au cerveau.»

Elle n’a que de bons mots pour sa voisine, les policiers et les ambulanciers et tient à les remercier publiquement.

Selon le service ambulancier, la rapidité de l’intervention de tous a permis de sauver la vie de l’homme.