36 ans du Brossard Éclair: comment organiser la Rive-Sud ?


Publié le 23 février 2017

RÉTROSPECTIVE. La vie politique de Brossard a été marquée par plusieurs coups d'éclat au cours des 36 dernières années. Mais surtout, la région au complet a été l'objet d'une vaste réflexion sur l'organisation du territoire.

La Rive-Sud, MRC ou région?

Jusqu'aux fusions de 2001, Brossard fait partie de la Municipalité régionale de comté (MRC) de Champlain, dont le rôle fait l'objet de nombreux débats dès sa création.

En 1985, il est question d'annexer l'Île-des-Sœurs à Brossard. Une association de résidents du secteur décrie l'écart important dans la taxation de l'île par rapport aux autres résidents de Verdun. Le projet n'aboutira jamais.

En 1992, plusieurs maires de la MRC de Champlain et des trois MRC avoisinantes votent pour former une région administrative distincte de la Montérégie. Le maire de Brossard Paul Leduc s'oppose toutefois au projet. Au final, la Rive-Sud demeure au sein de la Montérégie.

Conflits avec l'Agglomération

L'organisation du territoire revient à l'ordre du jour lors des fusions de 2001 et des défusions de 2006. Brossard choisit l'indépendance lors du référendum organisé en 2004, mais est contrainte de délaisser des champs de compétence importants au profit de la nouvelle Agglomération de Longueuil.

Dès l'entrée en vigueur de cette nouvelle réalité, des conflits éclatent entre les villes défusionnées et Longueuil, la ville-centre. Brossard, Boucherville, Saint-Lambert et Saint-Bruno-de-Montarville refusent d'entériner le tout premier budget de l'Agglomération, forçant celle-ci à contracter un prêt de 256,5 M$ pour continuer d'offrir les services de base aux citoyens.

Grandes victoires et coups de théâtre

En 36 ans, deux phénomènes électoraux marquent l'histoire politique de Brossard: la force de l'Équipe populaire et la carrière du maire actuel, Paul Leduc.

Au pouvoir sous Alphonse Lepage depuis 1978, l'Équipe populaire est si forte à Brossard au cours des années 1980 et 1990 que la première élection municipale couverte par le Brossard Éclair, en 1982, n'est même pas une véritable élection. Le nouveau chef Claude Chevrier, qui a pris le relais après le retrait de M. Lepage, et toute son équipe de candidats remportent le scrutin sans opposition. M. Chevrier démissionne toutefois la même année et est remplacé par Georgette Lepage, de 1983 à 1990.

Paul Leduc arrive alors aux bureaux de la mairie. Sous sa gouverne, l'Équipe populaire continue sa domination du paysage politique brossardois. Malgré une vague de démissions au sein de son caucus dès 1991, M. Leduc remporte neuf sièges sur dix aux élections de 1994 et l'ensemble des sièges à celles de 1998.

Après les défusions de 2006, Paul Leduc cède sa place à Jean-Marc Pelletier, qui se retrouve rapidement isolé par des membres démissionnaires de son caucus. M. Leduc revient alors en politique à la tête de Priorité Brossard, remportant la majorité des sièges en 2009 et 2013. Trois élus claquent toutefois la porte de son parti en 2016.