Trafic à l'entrée du pont tunnel: un avion pour traquer les automobilistes fautifs


Publié le 15 juin 2017

Un appareil de type Cessna, loué par la SQ, a quitté l’aéroport de Saint-Hubert mardi matin pour patrouiller au-dessus de la route 132.

©Photo: TC Media – Archives

C'est bien connu, les automobilistes de la Rive-Sud doivent faire preuve de patience pour se rendre sur l'île de Montréal par le pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine à l’heure de pointe matinale.

Malheureusement, certains automobilistes, excédés par la lenteur de la circulation, en viennent souvent à oublier leur courtoisie et leur savoir-vivre et décident de couper les files de manière illégale.

Submergée par les plaintes de citoyens dénonçant ce type de comportements, la Sûreté du Québec (SQ) a pris les grands moyens afin de contrer le phénomène, louant un avion pour traquer les automobilistes fautifs.

Le traffic pendant l'heure de pointe matinale à l'entrée du pont-tunnel est problématique depuis plusieurs années.
TC Media- Archives

Un appareil de type Cessna a ainsi quitté l’aéroport de Saint-Hubert mardi matin pour patrouiller au-dessus de la route 132.

Avec les indications de leur collègue dans les airs, les policiers au sol ont distribué plusieurs contraventions à ceux qui coupaient au dernier moment en traversant la ligne blanche continue.

Pour justifier cette opération, la SQ affirme que la pratique cause régulièrement des accidents.

«[La pratique] cause aussi souvent, malheureusement, de nombreuses collisions matérielles mais également avec blessés, a affirmé la sergente Ingrid Asselin, en entrevue à Radio-Canada. Les gens qui s’immobilisent pour couper vont s’immobiliser dans une voie qui a une vitesse réglementaire de 100 km/h.»

On ignore pour l'instant si la SQ poursuivra ce type d'opération, mais les automobilistes devront être vigilants s'ils ne veulent pas recevoir une contravention pouvant être salée. Franchir une ligne blanche peut coûter 3 points d’inaptitude et 311$ d’amende.