Ces mesures qui touchent vos régions

Publié le 18 mars 2016

Contribution santé, frais de garderie, investissements dans les infrastructures sont le points à retenir pour les contribuables.

©PC

BUDGET. Plusieurs segments du budget 2016-2017 du ministre des Finances Carlos Leitao ont des impacts concrets sur de nombreux secteurs d'activité dans les différentes régions du Québec. Tour d'horizon des mesures phares.

88,7 milliards sur 10 ans pour le Plan québécois des infrastructures

Le gouvernement québécois prévoit investir près de 88,7G$ dans des projets d'infrastructures d'ici les 10 prochaines années. La région de Montréal est la grande gagnante, avec des investissements qui représentent 30,7% du financement prévu, s'en suit la région de la Capitale-Nationale avec 14,3% et la Montérégie avec 9,5%. L'ensemble des régions administratives sont financées dans le Plan québécois des infrastructures.

Le réseau routier connaîtra les plus grands investissements, avec des projets comme la reconstruction de l'échangeur Turcot, mais également le réaménagement de la route 185 à la frontière du Nouveau-Brunswick, le prolongement de l'autoroute 73 en Beauce ou encore le prolongement de l'autoroute 20 à la hauteur de Cacouna. De nouveaux projets seront mis à l'étude, comme le réaménagement des échangeurs à la sortie des ponts sur la Rive-Sud de Québec et le remplacement de dalle sur le pont Laviolette à Trois-Rivières. Les investissements sur le réseau routier représentent plus de 2,04M$ en 2016-2017.

Des mesures pour aider les Premières nations

Le budget 2016-2017 prévoit quelques mesures pour améliorer le sort des autochtones du Québec, notamment en milieu urbain. Une enveloppe de 5M$ pour les cinq prochaines années est prévue pour répondre aux besoins des dix centres d'amitié autochtones de la province, ainsi que les autres organismes et services. Un montant de 3,9M$ est également prévu pour les infrastructures de ces organismes.

À la suite des problématiques soulevées dans le milieu carcéral pour la communauté inuite, 5M$ sont prévus sur cinq ans pour améliorer l'accès au système de justice pour cette communauté. On veut notamment augmenter la fréquence du passage de la Cour itinérante dans cette communauté, tout comme celui des avocats de la défense et du directeur des poursuites criminelles et pénales.

La communauté algonquine Kitcisakik, située en Abitibi-Témiscamingue, bénéficiera quant à elle de 400 000$ par année pendant cinq ans pour améliorer son parc immobilier, particulièrement désuet.

Des fonds pour l'entretien de la Route verte

Traversant quelque 393 municipalités dans 16 régions du Québec, et comptant plus de 5 000 kilomètres, la Route verte du Québec se voit octroyer 10,5M$ pour son entretien pour les cinq prochaines années. D'un montant de 500 000$ pour 2016-2017, il passe à 2,5M$ pour les quatre années suivantes. Un montant de 50M$ venant du Plan québécois des infrastructures 2016-2026 servira également à augmenter la sécurité sur les secteurs à risque de la piste cyclable, notamment sur les tronçons où cyclistes et automobilistes se côtoient étroitement.

Les industries forestières et agroalimentaires financées

Dans un désir de rendre l'industrie forestière plus compétitive, le budget du ministre des Finances prévoit appuyer ce secteur à la hauteur de 230M$ sur cinq ans. Des mesures pour rendre l'industrie plus concurrentielle seront mises de l'avant, comme des modifications aux modalités de récolte pour améliorer la qualité du bois récolté ou la mise en place d’un programme d’appui à l’innovation et à la diversification dans l’industrie des produits forestiers. Le gouvernement veut aussi faire contribuer les propriétaires de forêts privées à leur stratégie.

Une enveloppe de 45M$ sur cinq ans sera quant à elle attribuée au secteur de l'agroalimentaire, avec notamment du soutien à l'exportation et dans la recherche de pratiques plus productives et dans la transformation agroalimentaire. Un montant de 25M$ ira pour le programme d’appui au positionnement des alcools québécois.

Plus de 150M$ sur cinq ans pour le secteur touristique

Le secteur touristique, en concurrence avec l'industrie mondiale, a aussi vu certains montants lui être octroyés. Avec ses 32 000 entreprises et ses 350 000 emplois, le gouvernement a décidé d'investir 150M$ pendant les cinq prochaines années pour cette industrie, dans le cadre du plan d'action 2016-2020. Une tranche de 90M$ servira à la mise en valeur du tourisme hivernal, culturel et événementiel ainsi que de nature et d’aventure. La Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAC) bénéficiera quant à elle d'un budget de 30,9M$ pour la mise en valeur de son patrimoine bâti, culturel et naturel.

Le Plan Nord et la Stratégie maritime: toujours dans la mire

La faiblesse de certaines ressources sur le marché mondial rend difficile le déploiement de certains projets d'investissement par rapport au Plan Nord du gouvernement libéral. Le financement y sera quand même maintenu, à la hauteur de 173,8M$ pour 2016-2017. De nouvelles initiatives viennent compléter le tout, comme des investissements de 15M$ pour relier les infrastructures acquises entre le port de Sept-Îles et le nouveau quai de Pointe-Noire. La Stratégie maritime aussi gagne quant à elle une enveloppe de 10M$ pour stimuler l'économie maritime, notamment avec la construction d'une promenade temporaire à Percé pour 2016 ainsi que l'entretien et la maintenance du navire Coriolis II, pour la recherche océanographique.

En manchette

Les prouesses de Gonsalves ont aidé à envoyer un québécois à Rio

HALTÉROPHILIE. Lors des Championnats panaméricains d'haltérophilie, tenus du 5 au 12 juin à Carthagène, en Colombie, il était prévisible que l'équipe féminine canadienne réussisse à obtenir une place pour les Jeux olympiques de Rio et que ce billet irait à la meilleure haltérophile au Canada, Marie-Ève Beauchemin-Nadeau, du club Fortius de Brossard. Ce fut fait, sans surprise.

Ces mesures qui touchent vos régions

Publié le 18 mars 2016

Contribution santé, frais de garderie, investissements dans les infrastructures sont le points à retenir pour les contribuables.

©PC


BUDGET. Plusieurs segments du budget 2016-2017 du ministre des Finances Carlos Leitao ont des impacts concrets sur de nombreux secteurs d'activité dans les différentes régions du Québec. Tour d'horizon des mesures phares.

88,7 milliards sur 10 ans pour le Plan québécois des infrastructures

Le gouvernement québécois prévoit investir près de 88,7G$ dans des projets d'infrastructures d'ici les 10 prochaines années. La région de Montréal est la grande gagnante, avec des investissements qui représentent 30,7% du financement prévu, s'en suit la région de la Capitale-Nationale avec 14,3% et la Montérégie avec 9,5%. L'ensemble des régions administratives sont financées dans le Plan québécois des infrastructures.

Le réseau routier connaîtra les plus grands investissements, avec des projets comme la reconstruction de l'échangeur Turcot, mais également le réaménagement de la route 185 à la frontière du Nouveau-Brunswick, le prolongement de l'autoroute 73 en Beauce ou encore le prolongement de l'autoroute 20 à la hauteur de Cacouna. De nouveaux projets seront mis à l'étude, comme le réaménagement des échangeurs à la sortie des ponts sur la Rive-Sud de Québec et le remplacement de dalle sur le pont Laviolette à Trois-Rivières. Les investissements sur le réseau routier représentent plus de 2,04M$ en 2016-2017.

Des mesures pour aider les Premières nations

Le budget 2016-2017 prévoit quelques mesures pour améliorer le sort des autochtones du Québec, notamment en milieu urbain. Une enveloppe de 5M$ pour les cinq prochaines années est prévue pour répondre aux besoins des dix centres d'amitié autochtones de la province, ainsi que les autres organismes et services. Un montant de 3,9M$ est également prévu pour les infrastructures de ces organismes.

À la suite des problématiques soulevées dans le milieu carcéral pour la communauté inuite, 5M$ sont prévus sur cinq ans pour améliorer l'accès au système de justice pour cette communauté. On veut notamment augmenter la fréquence du passage de la Cour itinérante dans cette communauté, tout comme celui des avocats de la défense et du directeur des poursuites criminelles et pénales.

La communauté algonquine Kitcisakik, située en Abitibi-Témiscamingue, bénéficiera quant à elle de 400 000$ par année pendant cinq ans pour améliorer son parc immobilier, particulièrement désuet.

Des fonds pour l'entretien de la Route verte

Traversant quelque 393 municipalités dans 16 régions du Québec, et comptant plus de 5 000 kilomètres, la Route verte du Québec se voit octroyer 10,5M$ pour son entretien pour les cinq prochaines années. D'un montant de 500 000$ pour 2016-2017, il passe à 2,5M$ pour les quatre années suivantes. Un montant de 50M$ venant du Plan québécois des infrastructures 2016-2026 servira également à augmenter la sécurité sur les secteurs à risque de la piste cyclable, notamment sur les tronçons où cyclistes et automobilistes se côtoient étroitement.

Les industries forestières et agroalimentaires financées

Dans un désir de rendre l'industrie forestière plus compétitive, le budget du ministre des Finances prévoit appuyer ce secteur à la hauteur de 230M$ sur cinq ans. Des mesures pour rendre l'industrie plus concurrentielle seront mises de l'avant, comme des modifications aux modalités de récolte pour améliorer la qualité du bois récolté ou la mise en place d’un programme d’appui à l’innovation et à la diversification dans l’industrie des produits forestiers. Le gouvernement veut aussi faire contribuer les propriétaires de forêts privées à leur stratégie.

Une enveloppe de 45M$ sur cinq ans sera quant à elle attribuée au secteur de l'agroalimentaire, avec notamment du soutien à l'exportation et dans la recherche de pratiques plus productives et dans la transformation agroalimentaire. Un montant de 25M$ ira pour le programme d’appui au positionnement des alcools québécois.

Plus de 150M$ sur cinq ans pour le secteur touristique

Le secteur touristique, en concurrence avec l'industrie mondiale, a aussi vu certains montants lui être octroyés. Avec ses 32 000 entreprises et ses 350 000 emplois, le gouvernement a décidé d'investir 150M$ pendant les cinq prochaines années pour cette industrie, dans le cadre du plan d'action 2016-2020. Une tranche de 90M$ servira à la mise en valeur du tourisme hivernal, culturel et événementiel ainsi que de nature et d’aventure. La Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAC) bénéficiera quant à elle d'un budget de 30,9M$ pour la mise en valeur de son patrimoine bâti, culturel et naturel.

Le Plan Nord et la Stratégie maritime: toujours dans la mire

La faiblesse de certaines ressources sur le marché mondial rend difficile le déploiement de certains projets d'investissement par rapport au Plan Nord du gouvernement libéral. Le financement y sera quand même maintenu, à la hauteur de 173,8M$ pour 2016-2017. De nouvelles initiatives viennent compléter le tout, comme des investissements de 15M$ pour relier les infrastructures acquises entre le port de Sept-Îles et le nouveau quai de Pointe-Noire. La Stratégie maritime aussi gagne quant à elle une enveloppe de 10M$ pour stimuler l'économie maritime, notamment avec la construction d'une promenade temporaire à Percé pour 2016 ainsi que l'entretien et la maintenance du navire Coriolis II, pour la recherche océanographique.