Les propriétaires et employés de bars de la Rive-Sud résignés

Un verre, une facture

JC Gagnon bou.redaction@tc.tc
Publié le 11 février 2016

Sylvain Jutras, serveur au Pub le Vieux de Boucherville, estime que la nouvelle mesure de Revenu Québec ralentira considérablement les opérations.

©Photo: TC Media – Robert Côté

LOI. La plupart des propriétaires et employés de bars de la Rive-Sud trouvent exagérée la dernière mesure de Revenu Québec sur la facturation obligatoire pour chaque consommation vendue.

Depuis le 1er février, les bars et les restos-bars de la province doivent remettre à leurs clients un coupon de caisse pour chaque verre vendu.

«C’est absolument ridicule!», lance Sylvain Jutras, serveur au Pub le Vieux de Boucherville, qui soutient que la mesure ralentira considérablement les opérations.

«Imaginez les bars qui fonctionnent sous la pression! Le jour, c’est possible d’y arriver, mais le soir, jamais! Il y a ici, les jeudi, vendredi et samedi soirs, plus de 150 personnes en même temps. On n’y arrivera pas», lance ce serveur d’expérience.

«Imaginez une table qui vous commande 35 shooters en même temps, poursuit-il. Cela fait 35 factures à 35 clients!»

Même son de cloche du côté de Longueuil où Manon, serveuse au Bar Le Surf, pense elle aussi aux conséquences sur la clientèle.

«C’est plus emmerdant qu’autre chose. Mais que voulez-vous? Va falloir s’y faire et s’y habituer», répond-t-elle, résignée, alors qu’elle est justement à procéder aux derniers ajustements dans l’installation du module d’enregistrement des ventes (MEV) qu’elle vient de recevoir de Revenu Québec.

Des pertes de 76 M$?

Revenu Québec ne possède pas de chiffres spécifiques pour Longueuil ou la Montérégie, mais estime que l’instauration de la facturation obligatoire lui permettra de récupérer plus de 76 M$ en taxes non payées chaque année, dans l’ensemble des bars et restos-bars de la province.

«En 2008, les pertes étaient de 420 M$ par année pour la restauration. En 5 ans, avec la facturation obligatoire dans les restaurants, nous avons récupéré plus de 1 G$», indique le chef des relations publiques et porte-parole de Revenu Québec, Stéphane Dion.

Afin de faciliter l’installation des appareils de contrôle, Revenu Québec a mis sur pied un programme de subvention pour compenser partiellement les sommes déboursées par les bars et restos-bars pour l’acquisition, la mise à jour et l’installation des MEV.