Les coupes menacent la vie étudiante

Point de rupture financier dans les cégeps

Annick Oligny annick.oligny@tc.tc
Publié le 1 novembre 2015

La directrice générale et la directrice des communications du cégep Saint-Jean-sur-Richelieu, Chantal Denis et Michèle Comtois, souhaitent que cessent les compressions financières du gouvernement.

©Photo: TC Media – Robert Côté

COMPRESSIONS. Dès l'an prochain, les étudiants du cégep de Saint-Jean-sur-Richelieu, qui possède un pavillon à Brossard, verront leurs services réduits sur les campus si le gouvernement ne cesse de sabrer dans les budgets. Ce que redoute la directrice générale du cégep, Chantal Denis.

Depuis les quatre dernières années, le cégep de Saint-Jean-sur-Richelieu a subi des compressions de 1,9 M$, en plus des 930 000$ imposées cette année.

Même si les classes sont bien remplies dans le campus moderne de Brossard et que les affaires vont plutôt bien, les dirigeants de l'établissement scolaire ne savent plus où couper sans affecter les services aux élèves.

L'augmentation des droits de scolarité est envisagée puisque la compression du personnel, des frais de déplacement et la réduction des fournitures ne suffisent plus.

Pour la session d'hiver 2016, les étudiants en enseignement régulier verront leurs frais augmenter de 50$, ce qui représente une hausse de 18%.

Un casse-tête budgétaire

Ceux qui tiennent les cordons de la bourse doivent faire preuve de créativité pour boucler les budgets du cégep.

«À Saint-Jean-sur-Richelieu, les frais de stationnement ont aussi été augmentés. À Brossard, nous avons la chance d'avoir le stationnement gratuit; c'est un gros avantage pour nos étudiants d'ici», remarque la directrice générale.

Les radios et journaux étudiants ainsi que les activités culturelles et sportives ne sont que quelques exemples d'éléments complémentaires aux études qui pourraient bientôt disparaître.

Selon Chantal Denis, ce sont plus que des activités mais des hameçons qui permettent de garder les étudiants intéressés et qui aident à l'obtention des diplômes.

Afin d'éviter de sabrer dans les services, le remplacement des membres du personnel en congé parental  ou de maladie est réévalué et il arrive souvent qu'un poste reste vacant durant cette période, les tâches étant redistribuées aux autres employés d'un même département.

L'aide pédagogique et la promotion des habitudes écologiques sont aussi dans le collimateur du cégep pour sauver des coûts d'exploitation.